USA: les Républicains envisagent des enquêtes sur l’administration Biden

Parmi les dossiers que la nouvelle majorité souhaiterait rouvrir, Kevin McCarthy a notamment évoqué la manière chaotique dont les Etats-Unis se sont retirés d’Afghanistan en août 2021, mais aussi les causes de la pandémie de Covid-19, et n’a pas écarté le lancement éventuel de procédures de destitution, que certains membres de son parti appellent de leurs voeux, sans préciser qui serait visé.

« Nous n’utiliserons jamais la destitution à des fins politiques », a déclaré M. McCarthy, qui pourrait devenir mardi le « speaker » de la Chambre des représentants, en remplacement de la démocrate Nancy Pelosi. « Cela ne signifie pas pour autant que si quelque chose se présente, elle ne sera pas utilisée à un autre moment ».

Le Républicain de 57 ans a assuré bénéficier du soutien de son parti ainsi que de Donald Trump pour prendre la tête de la Chambre des représentants, alors que le Grand Old Party est donné favori par les sondages du scrutin mardi lors duquel l’ensemble des 435 sièges de la chambre basse sont remis en jeu. Dans cette interview sur CNN, le Républicain a également rappelé que son parti comptait lutter prioritairement contre l’inflation et l’immigration.