Ursula von der Leyen : « Tant que nous ne trouverons pas un terrain d’entente, nos adversaires continueront de cibler cette faiblesse » (Mise à jour)

Une année particulière marquée notamment par la crise du covid-19, les campagnes de vaccination et le plan de relance européen.

« L’Europe a mis en pratique ces douze derniers mois les mots de Schuman », a commencé la présidente de la Commission européenne.

Revenant sur la crise sanitaire et la crise financière qui en a découlé, Ursula von der Leyen a appelé à la vigilance et à tirer des leçons très importantes. L’UE n’agira pas comme après la dernière crise financière quand un retour précipité à la rigueur budgétaire avait provoqué une rechute du continent dans la récession, a-t-elle promis.

« Nous avons crié victoire trop vite et nous en avons payé le prix. Nous ne répéterons pas cette erreur », a-t-elle ajouté en confirmant l’ouverture prochaine d’un débat sur la réforme des règles budgétaires européennes.

« La pandémie a laissé de profondes cicatrices impactant notre économie de marché. Soir après soir, nous étions devant nos fenêtres pour applaudir les travailleurs de première ligne. Les applaudissements se sont peut-être estompés mais la force de nos émotions doit perdurer. (…) Si la pandémie nous a bien appris une chose, c’est bien la valeur du temps et qu’il n’a rien de plus précieux que le temps consacré à nos proches. »

« Un investissement dans la santé mondiale »

L’Union européenne va donner 200 millions de doses supplémentaires de vaccins contre le Covid-19 aux pays pauvres d’ici mi-2022, s’ajoutant aux 250 millions de doses déjà promises, a annoncé la présidente de la Commission européenne.

« C’est un investissement solidaire et c’est aussi un investissement dans la santé mondiale », a-t-elle déclaré, devant le Parlement européen, soulignant que, si dans l’Union européenne plus de 70% des adultes sont vaccinés, « moins de 1% des doses de vaccins ont été administrées dans les pays pauvres ».

Ces dons se font principalement via le mécanisme de distribution international Covax, censé permettre à 92 Etats et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères.

« L’ampleur de l’injustice et le niveau d’urgence sont évidents », a Ursula von der Leyen.

L’UE soutient aussi la production de vaccins en Afrique à hauteur d’un milliard d’euros.

La situation en Afghanistan

Ursula von der Leyen est également revenue sur le retrait chaotique des Américains en Afghanistan. « Comment se fait-il que cette mission se soit arrêtée de façon si soudaine ? Ce sont des questions douloureuses auxquelles des alliés auront à répondre devant l’OTAN ». La présidente de la Commission a insisté sur la nécessité de davantage de coopération avec l’OTAN. Une déclaration de coopération UE – OTAN est en cours de préparaton.

En outre, l’Union européenne va fournir 100 millions d’euros supplémentaires d’aide humanitaire à l’Afghanistan pour éviter « un désastre humanitaire », a-t-elle annoncé.

L’UE avait déjà annoncé le quadruplement de son aide humanitaire pour la porter à 200 millions en 2021.

Un « Sommet de la défense européen » annoncé

La cheffe de l’exécutif européen a annoncé un « Sommet de la défense européen » avec le président Macron pendant la présidence française de l’UE au 1er semestre 2022, alors que le retrait d’Afghanistan a relancé la réflexion sur l’autonomie des Européens. « Le moment est venu pour l’Europe de passer à la vitesse supérieure » pour se « défendre contre les cyber-attaques, agir là où l’Otan et l’ONU ne sont pas présents et gérer les crises à temps », a-t-elle expliqué.

Le sujet des migrations vers l’UE a également été abordé. « Tant que nous ne trouverons pas un terrain d’entente sur la manière de gérer les migrations, nos adversaires continueront de cibler cette faiblesse », a prévenu Ursula von der Leyen, se disant convaincue qu’un accord des 27 est possible.

« Faisons de l’Europe, une Europe plus forte. Vive l’Europe », a-t-elle conclu.