Ursula von der Leyen: « L’Europe doit agir sinon d’autres agiront avant nous et fixeront les règles » (DIRECT)

L’objectif 2050 est une des pierres angulaires du « Green Deal » ou pacte vert européen, ambition centrale de l’exécutif européen dirigé par l’Allemande depuis l’an dernier.

La Commission avait précédemment indiqué qu’il faudrait revoir à la hausse l’objectif intermédiaire de 2030, actuellement fixé à -40% par rapport aux niveaux de 1990. On savait que l’exécutif visait une fourchette de -50% à -55%. Ursula von der Leyen a confirmé mercredi face aux eurodéputés qu’elle mettra -55% sur la table.

Il s’agit d’un « objectif ambitieux, réalisable et bénéfique pour l’Europe », a assuré Ursula von der Leyen. « Les émissions ont déjà baissé de 25% depuis 1990, tandis que notre économie a connu une croissance de plus de 60%. Et maintenant, nous avons davantage de technologie, d’expertise, etc ».

Les eurodéputés de la commission Environnement ont quant à eux récemment plaidé pour intégrer un objectif 2030 de -60% dans la « loi climat » européenne, tandis que les principales organisations de défense de l’environnement arguent qu’il faut scientifiquement au moins -65% pour avoir des chances de respecter l’accord de Paris.