Une infirmière soupçonnée d’avoir injecté de la morphine à cinq bébés

Une infirmière allemande est soupçonnée d’avoir injecté de la morphine à cinq bébés nés prématurés, qui ont survécu à cette tentative d’empoisonnement à l’hôpital, ont annoncé jeudi la police et le parquet allemands.

« Un mandat d’arrêt a été émis contre l’infirmière pour tentative de meurtre dans cinq cas », a indiqué Christof Lehr, le procureur de la ville d’Ulm, dans le sud de l’Allemagne où se sont déroulés les faits. Il a précisé que la police avait découvert dans son casier une seringue contenant du lait maternel et des traces de morphine.

Les cinq bébés, « âgés entre un jour et 5 semaines », ont reçu cette injection pendant la nuit du 19 au 20 décembre, a-t-il précisé.

Les enfants ont alors développé des problèmes respiratoires aigus, mais ont pu être sauvés grâce à l’intervention en urgence de l’équipe médicale.

L’hôpital avait dans un premier temps pensé à une infection, que les test d’urine des bébés ont néanmoins exclus, a indiqué le chef de la police Bernhard Weber lors de la conférence de presse.

L’analyse a en revanche révélé des traces de morphine, alors que deux des bébés n’étaient pas censés en recevoir, ce qui a poussé l’hôpital à informer la police.

L’infirmière a été placée mercredi en détention provisoire. Elle est soupçonnée « d’avoir agi intentionnellement », a indiqué le procureur, estimant qu’elle était consciente du fait que les entrants pourraient mourir.

La jeune femme nie les faits qui lui sont reprochés, a-t-il précisé.