Un tribunal russe se penchera bientôt sur deux nouvelles affaires visant Navalny

En juin 2021, les principales organisations de l’opposant, notamment son Fonds de lutte contre la corruption (FBK), ont, quant à elles, été qualifiées d' »extrémistes » par la justice, une décision qui a entraîné leur fermeture et des poursuites judiciaires contre nombre de leurs militants.

Fin janvier dernier, M. Navalny a lui-même été placé sur la liste des « terroristes et extrémistes ».

Le 15 février, il y aura une audience préliminaire au tribunal Lefortovski de Moscou concernant deux autres affaires visant l’opposant: une pour « escroquerie » et une autre pour « insulte » faite à un magistrat, selon un communiqué diffusé mardi.

L’enquête pour escroquerie a été ouverte en décembre 2020, quand M. Navalny était en convalescence en Allemagne après avoir survécu à un empoisonnement par un agent innervant, dont il tient le président Vladimir Poutine pour responsable.

Les enquêteurs accusent l’opposant d’avoir détourné à des fins personnelles plus de 4,1 millions d’euros de dons versés à ses organisations, des accusations passibles de 10 ans de prison.

Le militant anticorruption risque également jusqu’à six mois d’emprisonnement supplémentaires pour une « insulte » supposée à un magistrat russe au cours d’une audience en 2021.

Alexeï Navalny purge actuellement sa peine dans une colonie pénitentiaire à Pokrov, à 100 km à l’est de Moscou.

Il ne sera pas transféré vers la capitale pour l’audience de la semaine prochaine, qui aura lieu dans sa prison, a affirmé son avocate Olga Mikhaïlova à l’agence de presse TASS.

Ennemi juré du Kremlin, Alexeï Navalny avait été arrêté en janvier 2021 à son retour dans son pays. Sa condamnation a provoqué une pluie de critiques internationales et de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie.