Un suspect arrêté… 32 ans après le meurtre d’une jeune femme

International La victime, Martine Escadeillas, 24 ans, a disparu le 8 décembre 1986.

L’élucidation de l’affaire Escadeillas est-elle proche pour la police française 32 ans après le début de l’enquête ? Ce véritable cold case qui trouve son origine en 1986 à Ramonville-Saint-Agne, près de Toulouse, a connu cette semaine un nouveau rebondissement.

Un suspect, formateur vivant en famille dans l’Isère, a été arrêté ce mardi à son domicile et mis en examen pour homicide volontaire dans le cadre du meurtre de Martine Escadeillas. L’interpellation du quinquagénaire a permis une avancée peut-être capitale pour l’enquête. L’homme a reconnu une implication directe. Les aveux du suspect coïncident en tout cas avec les éléments recueillis sur la scène du crime.

L’affaire a été relancée grâce à une lettre adressée en janvier 2016 au parquet de Toulouse, par une amie de la famille de la victime, et qui a orienté les soupçons sur le suspect en question.

Le meurtre s’est déroulé vers 8 h 30 du matin le 8 décembre 1986 comme l’expliquent nos confrères du Parisien. La jeune femme, âgée de 24 ans, rentrait chez elle après avoir déposé son compagnon au travail. C’est en revenant à son appartement que tout s’est joué, comme l’indiquent toujours nos confrères. Des traces de sang avaient été retrouvées dans l’immeuble, mais Martine Escadeillas avait disparu.

Depuis cette date, la victime est toujours portée disparue, même après les aveux de l’auteur cette semaine. « Il a allégué une confusion totale sur ce qu’il a fait » du corps, « s’il l’a fait disparaître ou pas », a expliqué le procureur. « Vraiment élucider l’affaire sera tout l’enjeu de l’instruction », a-t-il ajouté.

Pour le parquet, ce nouveau rebondissement ne permet pas encore de parler de percée décisive ou d’élucidation, mais d’une avancée. Classée deux fois par le passé, en décembre 1989 et en 2008, la prudence reste de mise. Plusieurs pistes ont été explorées durant les 32 ans sans donner satisfaction aux enquêteurs.

R.D.W.