Un migrant tué par les forces de sécurité au Mexique sur fond de tensions croissantes

La Garde nationale a confirmé lundi qu’elle avait abattu la veille un migrant cubain qui voyageait avec d’autres étrangers à bord d’une camionnette dans le Chiapas (sud).

Quatre personnes ont été blessées, selon la Garde nationale. Neuf étrangers ont été remis au service de l’Institut national de migration.

Le véhicule a refusé de s’arrêter pour un contrôle, d’après la Garde nationale, selon laquelle le conducteur a tenté de foncer sur les agents.

« Sentant un risque imminent pour leur intégrité, les agents ont utilisé leurs armes », indique-t-elle dans un communiqué.

Les étrangers ont été victimes « d’une attaque de la Garde nationale », opposent de leur côté les responsables de la caravane de migrants, confirmant que la victime faisait partie du groupe.

L’incident survient à un moment de tensions entre la caravane et le gouvernement mexicain.

Dans un communiqué le 31 octobre, l’Institut national de migration a proposé aux migrants de les transférer « en lieux sûrs » pour leur remettre « des documents migratoires attestant leur séjour légal ».

L’Institut affirme que « deux leaders autoproclamés de la caravane » ont empêché de parvenir à un accord avec les migrants, une décision « irresponsable ».

« Qu’ils arrêtent de maintenir une prison migratoire à Tapachula », la ville-frontière avec le Guatemala, a déclaré à l’AFP Luis García Villagran, un des deux leaders cités par l’Institut.

La caravane a quitté Tapachula le 23 octobre, en direction de Mexico.

Elle chemine à travers le Chiapas, porte d’entrée de dizaines de milliers de migrants d’Amérique centrale ou plus récemment Haïtiens.