Ukraine: les combats se poursuivent près de Donetsk, Kiev sceptique après les annonces de retrait russe (DIRECT)

L’Ukraine et ses alliés occidentaux attendaient mercredi avec scepticisme le retrait militaire autour de Kiev et d’une autre grande ville ukrainienne, annoncé par Moscou à l’issue de pourparlers de paix dans lesquels le président ukrainien Volodymyr Zelensky a néanmoins vu des signes « positifs ». Après environ cinq semaines de guerre, des milliers de victimes et des millions de réfugiés, la prudence était de mise au sein de l’état-major ukrainien.

Suivez les dernières informations relatives au conflit ci-dessous:

05h09: Risque d’arrestation arbitraire pour les Américains en Russie, avertit Washington

Les citoyens américains en Russie risquent d’être arbitrairement arrêtés par les autorités, a averti mardi le département d’Etat, qui a renouvelé son appel à ne pas se rendre dans le pays ou à le quitter immédiatement. Le département d’Etat a mis en garde contre « la possibilité de harcèlement de citoyens américains » par les forces de sécurité russes, « y compris l’arrestation » et « l’application arbitraire de la loi locale », en raison de la position de Washington concernant l’invasion russe de l’Ukraine et des sanctions imposées à Moscou.

Cet avertissement a été publié alors que la star américaine de basket-ball Brittney Griner est détenue en Russie depuis plus d’un mois.

Elle a été interpellée le 17 février dans un aéroport proche de Moscou avec « des vapoteuses et un liquide présentant une odeur particulière » d’huile de cannabis, selon les douanes russes.

Celle qui est considérée comme l’une des meilleures joueuses du monde risque jusqu’à dix ans de prison. Elle a été placée dans un centre de détention, d’où — sur décision d’un tribunal russe — elle ne pourra sortir avant le 19 mai.

03h42: Pour l’Ukraine, la Russie veut induire en erreur en annonçant le retrait de ses troupes

L’annonce faite par la Russie de réduire « radicalement » les manœuvres militaires près de Kiev et de Tchernihiv est considérée par l’armée ukrainienne comme un simple regroupement de troupes destiné à tromper le commandement militaire ukrainien. C’est ce qu’affirme l’état-major général dans son rapport quotidien sur la guerre. Le « prétendu retrait des troupes » s’apparente davantage à une rotation des unités individuelles, précise le document. Avec cette annonce, la Russie veut également créer une fausse image de l’encerclement de Kiev, qui serait soi-disant stoppé.

Auparavant, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, avait également déclaré que la menace à Kiev ne disparaissait pas parce que la Russie retirait ses troupes.

L’armée russe a effectivement retiré certaines unités des zones situées autour de Kiev et de Tchernihiv, mais il semble, selon l’état-major, que ces soldats seront déployés ailleurs dans l’est de l’Ukraine.

Pendant ce temps, les combats se poursuivent près de Donetsk, à l’est. En outre, selon la BBC, les Ukrainiens pensent que la Russie renforce ses positions et pose des mines dans les villages de Novokarlivka et Luhivske, près de Zaporijia.

Dans sa mise à jour quotidienne sur l’Ukraine, le ministère britannique de la Défense déclare, lui, qu’il est presque certain que la Russie a échoué dans son plan d’encerclement de la capitale en raison des résultats décevants et de la contre-offensive de Kiev.

« Les déclarations russes concernant une restriction des activités autour de Kiev et le retrait de certaines unités de cette région peuvent signifier que la Russie accepte de perdre l’initiative dans la région », a analysé le ministère, précisant également qu’il est très probable que la Russie déplace des troupes vers les régions de Donetsk et de Louhansk, dans l’est du pays.

02h03: Les Russes s’en sont pris à la mission de conseil de l’UE en Ukraine, selon Josep Borrell

Le bâtiment d’une section de la mission européenne de conseil aux forces de sécurité intérieure ukrainiennes (EUAM Ukraine) a été attaqué par les Russes. C’est ce qu’a dénoncé le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, dans un communiqué de presse. « Aujourd’hui, la mission de conseil de l’UE en Ukraine a reçu des informations fiables selon lesquelles les bâtiments de la section à Marioupol ont été récemment touchés par des bombardements russes. Le bureau et l’équipement de l’EUAM ont été fortement endommagés », indique Josep Borrell. Aucun membre de la mission ou autre travailleur n’a été blessé.

« Nous condamnons fermement ces attaques, ainsi que toutes les autres attaques visant les civils et les infrastructures civiles. Nous demandons à la Russie d’arrêter immédiatement son offensive militaire et de retirer toutes ses troupes et tous ses équipements militaires sans condition de l’ensemble de l’Ukraine », a ajouté le représentant européen des affaires étrangères.

00h10: A l’ONU, la Russie accusée d’avoir provoqué une « crise alimentaire mondiale »

Devant le Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie a été accusée mardi d’avoir provoqué une « crise alimentaire mondiale » voire de faire courir un risque de « famine » en ayant déclenché une guerre contre l’Ukraine, le « grenier à blé de l’Europe ».

Le président russe « Vladimir Poutine a commencé cette guerre. Il a créé cette crise alimentaire mondiale. Et il est celui qui peut l’arrêter », a martelé la numéro deux de la diplomatie américaine Wendy Sherman lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation humanitaire en Ukraine.

« Les véritables raisons des graves turbulences sur les marchés mondiaux de l’alimentation ne sont en aucun cas dues aux agissements de la Russie, mais plutôt à l’hystérie incontrôlée des sanctions lancées par l’Occident contre » Moscou, a pour sa part rétorqué Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies/

00h08: La Russie utilise en Ukraine des mines antipersonnel interdites, selon Human Rights Watch

Les troupes russes ont utilisé des mines antipersonnel interdites dans la région de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, affirme mardi l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch. Les mines ont été découvertes lundi par des démineurs ukrainiens. Il est connu que la Russie en possède, au contraire de l’Ukraine, selon HRW.

« Les pays du monde entier devraient condamner fermement l’utilisation de mines antipersonnel interdites en Ukraine », a estimé Steve Goose, directeur de la division Armes de l’ONG, soulignant que celles-ci ne font aucune différence entre les militaires et les civils.