Ukraine: des forces russes continuent d’affluer aux frontières, selon Washington

« Nous avons continué à observer, y compris ces dernières 24 heures, des capacités supplémentaires affluer d’autres régions de la Russie vers la frontière avec l’Ukraine et le Bélarus », a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby, au cours d’un point de presse.

« Nous ne donnerons pas de chiffres spécifiques mais ils continuent d’augmenter », a-t-il ajouté, faisant état d’un total de « plus de 100.000 » hommes désormais présents.

« Nous voyons aussi des signes que d’autres groupes tactiques sont en chemin », a poursuivi le porte-parole du ministère américain de la Défense.

Le président russe Vladimir Poutine « continue de renforcer ses capacités » militaires, a-t-il souligné. « Chaque jour il se donne plus d’options, chaque jour il renforce ses capacités, chaque jour il continue de déstabiliser ce qui est déjà une situation très tendue ».

Le porte-parole a rappelé que les Etats-Unis n’avaient pas l’intention de mener de quelconques opérations en Ukraine, pays non membre de l’Otan, alors que les premiers des 3.000 soldats américains envoyés pour « rassurer » les alliés du flanc Est de l’Otan ont commencé à se déployer en Pologne et Roumanie.

Ils pourraient éventuellement participer à des opérations d’assistance si des ressortissants américains résidant en Ukraine devaient affluer dans ces pays en cas d’invasion russe, mais cela ne devrait pas être nécessaire, a noté M. Kirby.

Les Etats-Unis ont prévenu depuis plusieurs semaines qu’ils n’avaient pas l’intention d’évacuer militairement les Américains d’Ukraine comme ils l’ont fait à Kaboul l’été dernier.

Washington accuse Moscou de préparer une potentielle invasion à grande échelle de l’Ukraine à très court terme, même si les responsables américains estiment que Vladimir Poutine n’a pas encore pris la décision de passer ou non à l’offensive.

Le chef de l’Etat français a rencontré lundi le président russe Vladimir Poutine à Moscou, puis son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky mardi à Kiev.

Emmanuel Macron a assuré avoir reçu des gages du président russe pour qu’il n’y ait pas d' »escalade » supplémentaire, et Paris affirme que cette visite a permis d' »avancer » pour apaiser la situation.