Tshisekedi évoque la coopération belgo-congolaise avec une diplomate belge

La directrice générale pour les affaires bilatérales au ministère belge des Affaires étrangères, Annick Van Calster, s’est félicitée des avancées positives enregistrées dans plusieurs domaines depuis la visite du chef de l’Etat congolais à Bruxelles en septembre 2019, indique un compte-rendu publié par ce service de la présidence de la République démocratique du Congo (RDC).

« Je suis venue pour les consultations politiques qui font suite à un memorandum d’entente signé lors de la dernière visite du président Tshisekedi en Belgique en septembre 2019 », a déclaré la diplomate belge, selon la même source.

Elle a jugé très positif le bilan dans plusieurs domaines. Dans le domaine de la coopération par exemple, Mme Van Calster a annoncé la signature, vendredi à Kinshasa, par l’ambassadeur de Belgique en RDC, Jo Indekeu, d’un autre mémorandum de coopération avec la structure congolaise dénommée « Kin Emploi ».

La responsable des Affaires étrangères a aussi annoncé l’arrivée d’ici deux semaines dans la capitale congolaise d’une délégation militaire pour parler de la collaboration dans ce domaine.

Depuis la signature des mémorandums d’entente en septembre 2019 à Bruxelles, plusieurs délégations belges ont fait le déplacement à Kinshasa pour continuer à intensifier ce genre de dialogue, a rappelé Mme Van Calster.

Elle a également présenté à ses interlocuteurs congolais le nouvel envoyé spécial de la diplomatie belge pour la région des Grands Lacs, l’ambassadeur Stéphane Doppagne.

L’organisation du 61e anniversaire de l’indépendance de la RDC en juin prochain – M. Thisekedi a promis le rapatriement de Belgique des reliques du premier Premier ministre du Congo indépendant, Patrice Emery Lumumba, assassiné le 17 janvier 1961 dans des circonstances restées obscures mais en présence d’officiels belges, et l’érection d’un mémorial en hommage au héros de l’indépendance du Congo – ainsi que la gestion de la pandémie du Covid-19 ont aussi fait l’objet des échanges entre le président et son hôte belge.

Mme Annick Van Calster a enfin annoncé, toujours selon la presse présidentielle, plusieurs projets en gestation entre l’Institut de médecine tropicale (IMT) d’Anvers et différents centres congolais dans le cadre de l’Union européenne.

Les relations entre Bruxelles et Kinshasa s’étaient dégradées voici trois ans en plusieurs phases, sur fond de report des élections générales initialement prévue fin 2016. D’abord avec la suspension du Programme de Partenariat militaire (PPM) bilatéral en avril 2017, puis début 2018 à la suite d' »une révision fondamentale » de la coopération décidée par le gouvernement belge jusqu’à « l’organisation d’élections crédibles » en RDC.

En représailles, le gouvernement congolais avait ordonné à la Belgique de fermer son consulat général à Lubumbashi (sud-est), de mettre fin aux activités de son agence de développement (Enabel) et de fermer la Maison Schengen à Kinshasa. Les fréquences de la compagnie Brussels Airlines avaient également été réduites de sept vols hebdomadaires à quatre.

Ces mesures ont été annulées depuis l’entrée en fonction de M. Tshisekedi, le 24 janvier 2019, au terme d’élections contestées.