Trump a emporté des lettres de Kim Jong Un en quittant la Maison Blanche

En quittant la Maison Blanche, Donald Trump a emporté avec lui des lettres de Barack Obama et du leader nord-coréen Kim Jong Un, que les Archives nationales ont dû aller récupérer en Floride.

A la fin de son mandat, tout président américain doit transmettre l’ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales, chargées de les conserver.

Mais au moment de quitter Washington, le milliardaire républicain a décidé d’emporter avec lui plusieurs cartons, vers sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, ont annoncé les Archives nationales lundi.

Ceux-ci comprenaient selon le Washington Post des cadeaux de dirigeants étrangers, une lettre laissée par son prédécesseur Barack Obama, mais aussi plusieurs courriers écrits par Kim Jong Un.

Donald Trump, premier président américain en exercice à rencontrer un membre de la dynastie des Kim, entretenait une relation épistolaire bien connue avec le dirigeant nord-coréen.

« Il m’a écrit de belles lettres, ce sont de magnifiques lettres. Nous sommes tombés amoureux », avait affirmé en septembre 2018 le président américain de l’époque à ses partisans.

Mais à la mi-janvier, les Archives nationales « ont organisé le rapatriement de 15 cartons contenant des documents présidentiels » de la propriété de Donald Trump en Floride vers Washington, ont-elles indiqué dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Ces documents auraient dû être transmis aux Archives par la Maison Blanche à la fin de l’administration Trump, en janvier 2021 », soulignent-elles.

Certains documents n’ont toutefois pas encore été récupérés. Selon les Archives, « des représentants de l’ancien président continuent à chercher des archives présidentielles ».

La semaine dernière, cette institution avait déjà révélé que l’ancien président avait pour habitude de déchirer certains de ses documents de travail, une autre pratique contraire à une loi de 1978.

Certaines feuilles de papier transmises aux Archives avaient été « recollées avec du scotch » par « des responsables de la gestion des documents de la Maison Blanche », avaient-elles précisé. D’autres laissées en l’état.