Tareq Bitar, seul espoir de justice au Liban ? « Pour la première fois au Liban, un juge poursuit de hauts responsables »

Les dirigeants libanais se sont opposés à une enquête internationale sur l’explosion du 4 août 2020 qui a fait plus de 210 morts et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Le premier juge chargé de l’enquête locale a été écarté en février après avoir inculpé de hauts responsables, et le magistrat Tareq Bitar est soumis aux pressions et aux menaces depuis qu’il l’a remplacé.

Les politiciens tentent par tous les moyens d’entraver le travail du juge Bitar, refusant de comparaître, multipliant les plaintes devant la justice à son encontre, ou appelant à son remplacement.

« La classe dirigeante est unie dans sa volonté de voir l’enquête abandonnée, et elle fera tout son possible pour la faire échouer », estime Lina Khatib, directrice du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord au think tank Chatham House.

Tareq Bitar, seul espoir de justice au Liban ? "Pour la première fois au Liban, un juge poursuit de hauts responsables"
©AFP

« Aller jusqu’au bout »

Pour l’analyste basée à Londres, « l’espoir de demander des comptes aux responsables de l’explosion faiblit en raison des divers moyens employés par la classe dirigeante pour arrêter l’enquête », dont « le recours à la violence ».

Fer de lance de la campagne contre le juge Bitar, le puissant mouvement chiite Hezbollah l’a accusé de politiser l’enquête et a demandé son remplacement par un magistrat « honnête ».

L’affaire a provoqué la crise la plus grave pour le gouvernement de Najib Mikati, formé en septembre après 13 mois d’impasse politique et qui a dû suspendre ses réunions la semaine dernière après la demande du Hezbollah, de crainte d’une implosion du cabinet.

Tareq Bitar, seul espoir de justice au Liban ? "Pour la première fois au Liban, un juge poursuit de hauts responsables"
©AP

Pour Nadim Houry, directeur de l’Arab Reform Initiative, toute la classe dirigeante se sent menacée par ce qu’il qualifie de « lutte essentielle (…) pour l’Etat de droit ».

« Une partie de la société a décidé d’aller jusqu’au bout et de réclamer la vérité », mais elle fait face à « une classe politique qui est prête à avoir recours aux menaces, à la violence, même à une nouvelle guerre civile pour empêcher cette recherche de la vérité d’aboutir », estime-t-il.

L’énorme déflagration au port a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt qui abritait des tonnes de nitrate d’ammonium stockées « sans mesures de précaution », de l’aveu même des autorités qui sont accusées de « négligence criminelle ».

Les familles des victimes voient dans le juge Bitar le seul espoir de justice au Liban où l’impunité a longtemps été la règle.

Après la guerre civile (1975-1990), le pays a proclamé une loi d’amnistie bénéficiant aux seigneurs de guerre dont beaucoup sont devenus des dirigeants politiques.

« C’est à l’idée même que l’un d’entre eux puisse être tenu pour responsable qu’ils résistent », estime M. Houry, en parlant de ces dirigeants.

Un partisan du Hezbollah et du mouvement Amal brûle un portrait du juge Tarek Bitar, l'enquêteur principal de l'explosion au port de Beyrouth
Un partisan du Hezbollah et du mouvement Amal brûle un portrait du juge Tarek Bitar, l’enquêteur principal de l’explosion au port de Beyrouth ©AFP

« Régime d’impunité »

Si l’enquête aboutit, ce sera « un précédent » qui mettra fin au « régime d’impunité » en vertu duquel chaque parti au pouvoir ferme les yeux sur les abus des autres.

La semaine dernière, le Hezbollah a fait défiler ses partisans et ceux de son allié, le mouvement Amal, au coeur de Beyrouth pour réclamer le remplacement du juge. Ces manifestants ont soudainement essuyé des tirs, déclenchant des violences qui ont fait sept morts, pour la plupart des membres des deux formations chiites.

Le Hezbollah et Amal ont accusé des francs-tireurs du parti des Forces Libanaises (FL) d’avoir visé leurs partisans, ce que dément le parti chrétien.

« Le Hezbollah agit de plus en plus comme la garde prétorienne du régime », estime Nadim Houry.

« Nous sommes aujourd’hui à un tournant: pour la première fois dans l’histoire du Liban, un juge poursuit de hauts responsables », explique Nizar Saghié, directeur de l’ONG Legal Agenda.

« La classe politique est habituée depuis des décennies à l’impunité et à contrôler la justice, c’est pour cela qu’elle a peur et lance cette virulente attaque contre le juge Bitar », ajoute-t-il.

Et en ayant recours aux menaces ou en agitant le spectre d’une nouvelle guerre civile, elle « veut aussi convaincre les Libanais que le prix de la justice est trop élevé », estime Lina Khatib.