Syrie : Damas accepte un cessez-le-feu sous conditions à Idleb

La Syrie a annoncé avoir accepté un cessez-le-feu sous conditions dans la province d’Idleb, encore partiellement aux mains des djihadistes. Une annonce aussitôt saluée par la Russie, alliée de Damas dans sa guerre contre le terrorisme.

La Syrie a donné son accord «conditionnel» à un cessez-le feu dans la région d’Idleb (nord-ouest) dominée par les djihadistes, selon l’agence officielle Sana citant une source militaire

Selon cette source, la Syrie «accepte un cessez-le-feu à partir de jeudi soir à Idleb à condition que l’accord de désescalade (conclu en septembre 2018 entre la Russie et la Turquie) soit appliqué».

Cette annonce a été immédiatement saluée par la Russie. «Bien sûr, nous saluons la décision du gouvernement syrien d’établir un cessez-le-feu», a déclaré depuis la capitale kazakhe, Noursoultan, Alexandre Lavrentiev, l’envoyé spécial de la Russie pour la Syrie, cité par l’agence de presse russe Interfax.

En septembre 2018, Ankara et Moscou s’étaient mis d’accord pour créer une «zone démilitarisée» à Idleb, qui devait servir de tampon entre les territoires insurgés et ceux tenus par Damas. Si l’accord a jusque-là permis d’éviter une offensive d’envergure du pouvoir syrien, il n’est que partiellement respecté, les djihadistes ayant refusé de se retirer.


Eradiquer les terroristes

L’envoyé spécial du président russe pour la Syrie, chef de la délégation russe aux pourparlers d’Astana, Alexandre Lavrentiev, a affirmé que les réseaux terroristes s’emparent de la majorité du gouvernorat d’Idleb et qu’il faut continuer à les éradiquer.

Dans une conférence de presse tenue au terme du 13e round des pourparlers d’Astana sur le règlement de la crise en Syrie, Lavrentiev a fait noter que les pourparlers avaient accordé un intérêt particulier à la lutte contre le terrorisme en Syrie, notamment à Idleb où les réseaux terroristes, qui regroupent des milliers de terroristes étrangers, s’emparent de la majorité du gouvernorat, y séquestrent des centaines de milliers de Syriens et les y prennent en otage, ce qui implique l’exécution de l’accord de Sotchi sur Idleb et la poursuite de la lutte contre ces réseaux.

« Il faut mettre fin à la présence étrangère illégale en Syrie », a dit Lavrentiev qui a affirmé que les Etats-Unis et les pays européens, se trouvant en Syrie d’une manière illégale sous prétexte de la lutte contre “Daech” et les autres réseaux terroristes, doivent se tirer immédiatement des territoires syriens.

Lavrentiev a insisté sur l’importance du processus d’Astana pour parvenir à un règlement politique de la crise en Syrie, éradiquer le terrorisme et pour faciliter le retour des Syriens déplacés à leur pays, appelant la Communauté internationale à faciliter leur retour et à ne pas l’entraver après que l’Etat syrien aient assuré les circonstances appropriées à cet égard.

Il a en outre appelé les organisations internationales à contribuer à la reconstruction en Syrie.

Source : RT et SANA