Silvio Berlusconi de retour à l’hôpital pour des examens

Son médecin Alberto Zangrillo, de l’hôpital San Raffaele de Milan (nord), a confirmé que le politicien de 85 ans avait été admis dimanche pour « des examens cliniques périodiques » prévus depuis un moment.

Un des alliés politiques de M. Berlusconi, Matteo Salvini, de la Ligue (extrême droite), a dit avoir eu un long entretien téléphonique avec l’ancien Premier ministre, qui était « calme et bien portant ».

M. Berlusconi a mené une campagne vigoureuse en coulisses pour l’élection présidentielle, qui commence lundi au parlement, mais s’est retiré samedi soir.

Sa candidature a toujours eu peu de chance d’aboutir, notamment à cause des ennuis judiciaires découlant de ses soirées « bunga bunga », des orgies qu’il organisait dans une villa avec des prostituées.

Il a dit se retirer dans un esprit de « responsabilité nationale », estimant que l’Italie avait « besoin d’unité » alors qu’elle combat une flambée de Covid-19. Mais les médias italiens affirment que sa famille s’inquiète pour sa santé.

M. Berlusconi, qui fut Premier ministre (avec le parti de centre droit Forza Italia) trois fois entre 1994 et 2011, a subi une opération à coeur ouvert en 2016 et séjourné plusieurs fois à l’hôpital ces derniers mois.

En septembre 2020, après avoir été hospitalisé 11 jours pour une pneumonie due au Covid-19, il avait raconté avoir échappé de peu à la mort.

Les observateurs doutaient qu’il dispose d’assez de voix pour devenir président parmi le millier de députés, sénateurs et élus régionaux devant désigner le nouveau chef de l’Etat qui succédera à Sergio Mattarella.

Le favori est l’ancien chef de la Banque centrale européenne et actuel Premier ministre Mario Draghi, à la tête d’un gouvernement d’union nationale. Mais l’issue du scrutin, qui se tient à bulletins secrets, est réputée difficile à prédire.