Sergueï Lavrov en Chine pour une réunion sur l’Afghanistan

Il s’agit de la première visite en Chine du chef de la diplomatie du Kremlin depuis l’invasion de l’Ukraine par son pays le 24 février. Pékin s’est depuis refusé à condamner l’intervention de Moscou mais a dénoncé en revanche les sanctions occidentales contre la Russie.

M. Lavrov est arrivé à Tunxi (est), où doit se tenir jusqu’à jeudi une réunion de sept pays voisins de l’Afghanistan (outre Russie et Chine: Pakistan, Iran, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan), a indiqué son ambassade sur le réseau social Weibo.

Le chef de la diplomatie des talibans au pouvoir à Kaboul, Amir Khan Muttaqi, est également attendu, selon l’agence Chine nouvelle.

Parallèlement doit se tenir une réunion d’un « mécanisme de consultation » sur l’Afghanistan, avec la participation de diplomates de Chine, de Russie, du Pakistan mais aussi des Etats-Unis, a annoncé Pékin.

Ces réunions surviennent une semaine après une visite à Kaboul du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, sa première depuis l’arrivée au pouvoir des fondamentalistes islamistes l’an dernier.

La Chine partage une petite frontière de 76 kilomètres à très haute altitude avec l’Afghanistan.

Pékin craint depuis longtemps que son voisin ne devienne un base de repli pour les séparatistes et islamistes de l’ethnie ouïghoure, majoritaire dans sa vaste région du Xinjiang (nord-ouest).