Ségolène Royal se fait à nouveau remarquer avec des propos polémiques sur la guerre en Ukraine

Ce mardi 15 novembre, deux missiles sont tombés en Pologne et ont tué deux civils dans le village de Przewodów, à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne. Dès que l’information a été communiquée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé qu’il s’agissait d’un missile russe tandis que l’OTAN et les autres alliés ont laissé place aux doutes concernant l’origine exacte des missiles. Washington a notamment déclaré qu’il pouvait s’agir de missiles de la défense antiaérienne ukrainienne.

À la suite de ses déclarations, Volodymyr Zelensky a tempéré ses propos. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Nous ne savons pas avec certitude. Le monde ne le sait pas. Mais je suis sûr que c’était un missile russe, je suis sûr que nous avons tiré depuis des systèmes de défense aérienne », a-t-il déclaré lors d’un forum économique. « Ce n’est qu’après l’enquête qu’il sera possible de tirer des conclusions », a également déclaré Zelensky.

Zelensky revient sur ses déclarations à propos des missiles tombés en Pologne : « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé »

La politicienne française Ségolène Royal a saisi l’occasion pour exprimer son opinion sur son compte Twitter : « L’Ukraine annonce des centaines de frappes tous les jours. Qui a vérifié ces informations ? Après les fausses informations sur la Pologne qui ont failli déclencher une guerre mondiale, seule une information indépendante doit être relayée. Une mission de médiation, vite la paix. »

Son tweet a directement suscité de vives réactions parmi les internautes qui la pointent du doigt pour entretenir une certaine sympathie pour ses « amis russes ». Certains lui conseillent notamment de se rendre sur place pour constater par elle-même tous les dégâts que cette guerre provoque. Ce n’est en effet pas la première fois que l’ancienne candidate à l’élection présidentielle se fait remarquer pour ses propos polémiques au sujet de l’invasion russe.

Elle avait notamment été critiquée à la suite de son passage sur le plateau de BFMTV le 1er septembre dernier. Interrogée sur la guerre en Ukraine, elle avait accusé les Ukrainiens d’utiliser des images violentes pour s’attirer les faveurs de leurs alliés. « Vous pensez bien que s’il y avait la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables on les aurait eues (les images) […] C’est monstrueux d’aller diffuser des choses comme ça uniquement pour interrompre le processus de paix » avait-elle déclaré au sujet du bombardement d’une maternité.

[embedded content]