Relations entre les Etats arabes et Israël: des normalisations « nécessaires mais pas suffisantes » pour la paix

Abou Dabi et Manama ont signé mardi à Washington, lors d’une cérémonie commune à la Maison-Blanche, un accord portant sur l’établissement de relations diplomatiques avec l’État hébreu.

Abou Dabi et Manama ont signé mardi à Washington, lors d’une cérémonie commune à la Maison-Blanche, un accord portant sur l’établissement de relations diplomatiques avec l’État hébreu.

D’autres pays arabes sont prêts à reconnaître Israël. Par intérêt propre surtout.

La normalisation diplomatique entre États arabes et Israël serait-elle le nouveau chemin vers la paix ? D’autres pays arabes, de la région du Golfe mais aussi d’ailleurs, seraient en cours de réflexion sur l’opportunité de suivre la voie ouverte par les Émirats arabes unis et Bahreïn de reconnaître Israël, une « percée historique » selon les termes de Donald Trump, qui a tout fait pour parrainer ces accords plus d’un quart de siècle après la paix conclue entre Israël et la Jordanie et plus de quarante ans après celle avec l’Égypte.