Qui est Otoniel, le plus puissant narcotrafiquant arrêté en Colombie?

Le gouvernement Colombien a annoncé samedi l’arrestation Dairo Antonio Usuga, alias « Otoniel », le narcotrafiquant le plus recherché du pays.

Âgé de 50 ans, « Otoniel » était à la tête du plus puissant gang de Colombie, le clan del Golfo. Il a été attrapé dans la jungle du nord-est de l’État alors qu’il se déplaçait à dos de mule sans GSM, après sept ans de traque, a précisé le chef de l’armée colombienne, le général Fernando Navarro. 700 hommes et 8 hélicoptères ont participé à l’action.

Baron de la drogue, pour lequel les États-Unis avait avaient offert 5 millions de dollars de récompense, Dairo Antonio Usuga est un ancien fils de paysan. Né le 15 septembre 1971 à Necoclí, dans le Nord-ouest de la Colombie, il est le septième d’une fratrie de neuf enfants. Ses parents, Ana Celsa David et Juan de Dios Usuga, étaient vendeurs de bétails, dans le département d’Antioquia (nord-ouest).

Qui est Otoniel, le plus puissant narcotrafiquant arrêté en Colombie?
©AFP

À 18 ans, il rejoint l’Armée de Libération populaire (EPL), une guérilla marxiste démobilisée en 1991 au bout de vingt-six ans de rébellion. En 1993, Dairo Antonio Usuga rejoint les milices d’autodéfense paysanne de Cordoba y Uraba (ACCU), un groupe paramilitaire d’extrême droite créé pour combattre les guérillas, lié au trafic de drogue, qu’il quitte un an plus tard.

« Otoniel » monte ensuite avec son frère, Juan de Dios, alias « Giovanni », le plus puissant réseau criminel de Colombie à ce jour, présent dans 300 des 1 102 municipalités de Colombie, principalement sur la côte Pacifique, d’où partent la plupart des cargaisons de drogue, en majeure partie vers les États-Unis. Il prend la tête du clan del Golfo en 2012, suite à la mort de son frère lors d’un affrontement avec la police. Le cartel se finance principalement grâce au trafic de drogue, à l’exploitation minière illégale et à l’extorsion.

En 2017, Otoniel avait annoncé son intention de parvenir à un accord pour se rendre à la justice. Le gouvernement colombien avait répondu en déployant 1.000 soldats à sa recherche. Son arrestation est « le coup le plus dur qui ait été porté au trafic de drogue en ce siècle » en Colombie, « seulement comparable à la chute de Pablo Escobar », avait félicité le président Ivan Duque. Il devrait être extradé vers les États-Unis.