Qui est Chitetsu Watanabe, le nouveau doyen de l’Humanité?

Pour Chitetsu Watanabe, le secret de sa longévité tient au fait de « ne jamais se fâcher et de garder le sourire ».

Chitetsu Watanabe est officiellement le nouveau doyen masculin de l’humanité. Père, grand-père, arrière-grand-père ainsi qu’arrière-arrière-grand-père, ce supercentenaire s’est vu décerner, mercredi, dans la maison de retraite de sa ville natale où il réside toujours, le prestigieux titre par le Guiness Book des records. Ce japonais de 112 ans succède à Masazo Nonaka, un autre Japonais, décédé le 20 janvier dernier à 112 ans et 266 jours.

Né le 5 mars 1907 à Niigata, dans le nord-ouest du Japon, Monsieur Watanabe a déclaré l’année dernière à la presse locale que le secret de sa longévité était simplement « de ne pas se mettre en colère et de garder le sourire« . Il a également reconnu avoir un petit péché mignon : manger des sucreries comme le pudding au caramel ; mais visiblement cela ne lui a pas fait de mal !

Au cours de sa longue vie, Chitetsu Watanabe a étudié l’agriculture, travaillé dans l’industrie sucrière à Taiwan et servi dans l’armée japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale. Après ce conflit meurtrier, il rentre à Niigata, sa ville natale, où il exerce le métier de fonctionnaire jusqu’à sa retraite.

Depuis, sa grande famille s’est agrandie. Déjà père de cinq enfants, le recordman de longévité masculin a désormais 12 petits-enfants, 16 arrière-petits-enfants et un arrière-arrière-petit-fils, selon l’agence de presse japonaise Kyodo News.

Chitetsu Watanabe reste encore cependant à quelques longueurs du record mondial absolu de longévité masculine, toujours détenu par un autre Japonais décédé en 2013, peu après son 116e anniversaire : Jiroemon Kimura.

Le Japon abrite un nombre record de centenaires. Sur une population totale d’environ 126 millions d’habitants (en fort déclin démographique), plus de 70 000 personnes, dont près de 90 % sont des femmes, affichent plus d’un siècle d’existence. Bien que la doyenne actuelle de l’humanité (homme et femme confondus) soit la Japonaise Kane Tanaka, qui a soufflé en janvier ses 117 bougies, le record absolu est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans et 164 jours.