Qu’est-il arrivé au chat d’Assange qui vivait avec lui dans 18 mètres carrés?

International

Le chat de Julian Assange était arrivé à l’ambassade équatorienne à Londres en 2016.

Qui était cette charmante boule de poils qui pointait le bout de son museau à la fenêtre de l’ambassade équatorienne? De son surnom Embassy Cat, il avait rejoint son maître en 2016. Le lanceur d’alerte de 47 ans avait créé un compte Twitter et Instagram à l’animal qui devint rapidement une starlette du web, avec tout de même 6.431 abonnés.

Une bouffée d’air frais pour le fondateur de WikiLeaks qui fut contraint de rester enfermé dans 18 mètres carré durant sept ans, grâce à l’asile accordé par Quito, asile qui lui a été enlevé ce 11 avril. À l’arrivée du chat, Assange était seul depuis quatre ans déjà, comme le mentionnent plusieurs médias américains. Le compte de l’animal créé sous l’avatar @EmbassyCat abonde de photos et vidéos aussi attendrissantes les unes que les autres, jusqu’au 26 mars 2017. Depuis cette date, le chat s’est volatilisé des réseaux sociaux, écrit CNN.

Aucune trace de la bête n’a été détectée depuis. Mais en 2018, une note émise par Quito et révélée par les médias équatoriens montrait que les autorités s’inquiétaient pour « le bien-être, la nourriture, l’hygiène et les soins » apportés au chat et avertissaient que l’animal pourrait être envoyé dans un refuge, poursuivent nos confrères américains.

Julian Assange aurait dès lors rendu sa liberté à l’animal afin de lui permettre de vivre plus sainement. Le journaliste et auteur britannique James Ball a déclaré sur Twitter que le chat  avait trouvé un refuge « il y a plusieurs années » et qu’il avait « proposé de l’adopter » le jour de l’arrestation du lanceur d’alerte.