Propos polémiques sur l’Ukraine, utilisation d’un hélicoptère de l’armée à des fins personnelles: en Allemagne, la « ministre gaffeuse » démissionne

Christine Lambrecht, 57 ans, avait notamment été vilipendée pour avoir utilisé un hélicoptère de l’armée afin de la transporter sur son lieu de vacances. Elle avait été également clouée au pilori après la diffusion d’une vidéo de Nouvel An dans laquelle, entre les bruits de pétards et de feux d’artifice, elle épinglait « beaucoup, beaucoup de rencontres avec des gens intéressants et formidables » que la guerre en Ukraine lui avait permis de faire. Réticente à soutenir militairement Kiev, alors que l’Allemagne est encore aujourd’hui sous pression pour lui livrer des chars, elle avait déjà été fortement critiquée lorsqu’elle avait répondu à la demande de Volodymyr Zelensky de lui fournir des armes lourdes par l’envoi de 5 000 casques.

Guerre en Ukraine: l’Allemagne va livrer des armes mais pas les chars demandés

Peu au fait des structures militaires, jugée trop lente dans sa réforme de l’armée, malgré l’adoption d’un fonds exceptionnel de 100 milliards d’euros pour moderniser une Bundeswehr qui en a cruellement besoin, la sociale-démocrate, qui se voyait davantage au ministère de l’Intérieur qu’à celui de la Défense, a quitté son poste sans autocritique pour autant. Sa chute, elle la doit, selon elle, aux médias qui, trop focalisés sur elle, l’auraient empêchée de mener à bien son travail en faveur de l’armée.

À la tête d’une coalition avec les Verts et les libéraux, le chancelier social-démocrate Olaf Scholz va devoir trouver un nouveau ministre – une femme, s’il veut maintenir la parité dans son gouvernement – qui fasse moins parler de lui que de sa capacité à accompagner l’armée dans une modernisation qui lui permettra d’affronter l’avenir dans la nouvelle situation géopolitique. Plusieurs noms circulent d’ores et déjà, parmi lesquels Eva Högl, la commissaire à la Défense du Bundestag depuis 2020.