Pour Kiev, les premières semaines d’exportation de céréales constituent une période de test

Trois navires par jour au maximum passeront, dans les deux directions, par les couloirs sécurisés établis dans le cadre de l’accord signé entre la Russie et l’Ukraine, via une médiation de la Turquie et sous l’égide des Nations unies, ressort-il mardi des plans proposés par Kiev pour augmenter progressivement ses exportations de céréales, selon l’agence de presse financière Bloomberg. Le ministre ukrainien des Infrastructures, Oleksandr Kubrakov, a déclaré à Bloomberg qu’en cas de réussite de la période d’essai, les exportations pourraient passer à trois millions de tonnes par mois d’ici quatre à six semaines.

L’Ukraine est l’un des principaux fournisseurs de céréales et d’oléagineux au monde. L’effondrement des exportations après l’invasion russe a ébranlé les marchés mondiaux, provoquant une hausse des prix et incitant les pays importateurs à chercher des alternatives.

Un premier chargement est parti lundi matin, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre les niveaux d’avant-guerre, note Bloomberg. Les trois ports inclus dans l’accord représentent un peu plus de la moitié des exportations de céréales ukrainiennes par voie maritime en 2020-2021.

Le cargo Razoni, battant pavillon de la Sierra Leone, a quitté le port d’Odessa peu après 09h00 (08h00 HB) lundi avec 26.000 tonnes de maïs à destination du port libanais de Tripoli. Le navire et son chargement sont attendus à Istanbul après minuit, heure locale, (après 23h00 HB), où ils devront d’abord être inspectés.