Pérou: devant la justice, le président Castillo invoque son droit au silence, « je prouverai mon innocence »

« J’ai dit au procureur que je ne faisais partie d’aucun réseau criminel, je prouverai mon innocence », a déclaré M. Castillo aux journalistes après l’audition qui a duré environ une heure.

« Je n’ai volé personne, je n’ai tué personne, j’ai été mis ici par le peuple et je répondrai toujours du peuple ». « C’est ce que j’ai dit aux procureurs », a dit M. Castillo qui fait face à un nombre record de cinq enquêtes du Ministère public, une situation sans précédent au Pérou pour un président en exercice.

Son avocat, Me Benji Espinoza, a indiqué que le président a fait une déclaration générale aux procureurs mais qu’il a ensuite dit qu’il exerçait son droit à ne pas répondre aux questions.

« Pour le moment, il va exercer son droit constitutionnel de garder le silence », a dit Me Espinoza lors d’une conférence de presse.

M. Castillo était convoqué dans le cadre d’une affaire de trafic d’influence présumé dans un dossier de promotion militaire.

L’ex-enseignant rural et syndicaliste de 52 ans est également cité dans quatre autres enquêtes portant sur: un présumé trafic d’influence dans l’achat de carburant par l’entreprise publique Petroperu, une présumée obstruction à la justice dans la destitution d’un ministre de l’Intérieur, des allégations de corruption et de collusion aggravée dans un projet de travaux publics, et de plagiat dans sa thèse universitaire.