Pas de Nord Stream 2 en cas d’invasion russe

Le ténor des conservateurs au Congrès a assisté lundi soir à un dîner avec Olaf Scholz, quelques heures après la rencontre entre le chancelier allemand et Joe Biden.

« Il a confirmé ce que le président Biden a dit hier, que si jamais l’invasion avait lieu, Nord Stream 2 n’irait pas de l’avant », a indiqué Mitch McConnell lors d’une conférence de presse.

Le chancelier allemand n’avait pas été aussi explicite lors d’une conférence de presse avec Joe Biden, se contentant d’assurer que Washington et Berlin prendraient « les mêmes mesures » en cas d’invasion russe.

Joe Biden a lui promis de « mettre fin » au gazoduc controversé sans préciser comment les Etats-Unis pourraient couper cette infrastructure sous-marine reliant directement la Russie à l’Allemagne, si Berlin s’y opposait.

« Je vous assure que nous y arriverons », a-t-il seulement déclaré.

La question du Nord Stream 2 — achevé mais pas encore en service — pèse depuis des années sur les relations entre Washington et Berlin, mais elle a pris une acuité toute particulière avec la crise autour de l’Ukraine.