« Open Balkans »: Serbie, Macédoine du Nord et Albanie veulent lever leurs contrôles aux frontières en 2023

Pour le Premier ministre albanais Edi Rama, qui participait à ce sommet avec son homologue nord-macédonien Zoran Zaev et le président serbe Aleksandar Vucic, cet accord doit aider les trois pays à avancer sur le chemin de l’adhésion à l’Union européenne.

« Nous n’avons aucune raison de nous tourner le dos au sein de nos frontières », a déclaré M. Rama. « Nous commençons aujourd’hui à faire dans la région ce que nous ferons demain dans l’UE ».

Les trois dirigeants avaient espéré que le Kosovo et la Bosnie-Herzégovine se joignent à l’accord, mais ces deux pays ont décliné leur participation.

Le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, a répété jeudi que son pays ne désirait pas se joindre à l’initiative. En 2020, il avait exprimé ses craintes de voir la Serbie utiliser ce projet pour créer « une quatrième Yougoslavie » (après le Royaume, la République fédérale socialiste et la République fédérale).

placeholder
© AFP

La réunion de Skopje est la suite de l’initiative « Mini-Schengen », lancée en octobre 2019 à Novi Sad (Serbie). Ce jeudi, cette initiative a été renommée « Open Balkans ».

Plusieurs centaines d’entrepreneurs ont pris part à cette réunion, organisée avec les chambres de commerce des trois pays. Les responsables politiques ont en outre signé une déclaration d’intention visant à ouvrir leurs marchés du travail, faciliter le commerce trilatéral et coopérer dans la gestion des crises.