Non, cette photo ne montre pas des Afghans en fuite dans un avion militaire

Depuis la prise de pouvoir des Talibans en l’Afghanistan, ce dimanche 15 août, de nombreuses images illustrant des scènes de sauve-qui-peut circulent sur les réseaux sociaux. Notamment une photo, tout à fait authentique, de l’évacuation des civils afghans publiée le 16 août sur le site d’information Défense One, et reprise ci-dessous.

ici, ici et ici.

Une photo, prise aux Philippines, qui date de 2013

sur le site de l’U.S Air Force accompagnée de la légende suivante : “Plus de 670 résidents de Tacloban sont assis à bord d’un C-17 Globemaster III avant d’être évacués vers Manille à la suite du super typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines le 17 novembre 2013”.

La charge de l’avion en question

C’est justement le nombre de personnes entassées dans cet avion, un Boeing C-17, qui a fait resurgir cette photo ces derniers jours. Ce modèle d’avion est utilisé par l’armée américaine et ses alliés depuis plus de 30 ans, notamment en 2013 aux Philippines et ces derniers jours en Afghanistan.

Plusieurs sources, dont celle-ci, ont avancé que 800 personnes étaient à bord du Boeing C-17 le 15 août dernier. De nombreux internautes se sont alors interrogés sur cette charge, a priori inégalée : 130 personnes de plus qu’en 2013, la plus importante évacuation avec ce modèle alors en date. D’autres ont partagé la photo de 2013, à titre de comparaison pour se figurer ce que représente un C-17 transportant 670 passagers.

Après confirmation d’une source de la défense américaine citée par Defense One, le C-17 aurait transporté 640 personnes ce 15 août 2021. Et non pas 800. Le “record » de 670 personnes transportées par un C-17 datant donc toujours de 2013.

placeholder
© R. Batista

La Source

Avec « La Source », La Libre Belgique se lance dans le fact checking. Cette rubrique a pour objectif d’analyser, décortiquer, recontextualiser et vérifier des faits liés à l’actualité. Comme l’indique la notion même de « fact checking » la démarche repose exclusivement et systématiquement sur une analyse factuelle, la collecte de sources vérifiables, identifiables et objectivables, citées et référencées dans chacun de nos articles. 

Libre au lecteur qui le désire de refaire, à son tour, ce travail journalistique sur base des informations communiquées, et de nous signaler d’éventuelles erreurs ou imprécisions via l’adresse factchecking@lalibre.be

Lire nos autres articles de fact checking

Lire notre charte rédactionnelle