Netanyahu accuse l’Iran d’avoir développé puis détruit un site nucléaire

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé lundi l’Iran d’avoir construit, puis détruit, un site visant à la fabrication d’armes nucléaires qui était jusqu’à présent inconnu.

Cartes et présentation Powerpoint à l’appui, M. Netanyahu s’exprimait devant la presse à Jérusalem, à une semaine d’élections législatives-clefs pour la survie politique du Premier ministre.

« Aujourd’hui nous révélons que l’Iran avait un autre site nucléaire secret », a déclaré de manière théâtrale le chef du gouvernement, en affirmant que cette révélation était fondée sur des documents originaux iraniens obtenus selon lui l’an dernier par Israël. L’État hébreu accuse depuis de nombreuses années l’Iran de chercher à fabriquer l’arme nucléaire malgré les démentis répétés de Téhéran.

En 2018, M. Netanyahu avait déjà affirmé qu’Israël disposait de « preuves concluantes » d’un plan secret que l’Iran pourrait activer à tout moment pour se doter de la bombe atomique. Il disait alors se baser sur « les copies exactes » de dizaines de milliers de documents originaux iraniens obtenus au prix d’une « formidable réussite dans le domaine du renseignement ».

Lundi, M. Netanyahu a soutenu que ces mêmes « archives » iraniennes avaient révélé l’identité d’un autre site stratégique, au sud d’Ispahan, une ville du centre de l’Iran. « Dans ce site l’Iran a mené des expériences afin de développer des armes nucléaires (…) mais lorsqu’il a réalisé que nous avions découvert ce site, voici ce qu’ils ont fait: ils l’ont détruit, ils l’ont simplement rayé de la carte », a ajouté M. Netanyahu.

À l’adresse de l’Iran, le Premier ministre a lancé: « Israël sait ce que vous faites, Israël sait quand vous le faites et Israël sait où vous le faites ».

Le Premier ministre israélien est un farouche opposant de l’accord sur le nucléaire iranien dont s’est retirée l’administration américaine de Donald Trump, un proche allié de M. Netanyahu. Il est actuellement dans le sprint final d’une campagne électorale âprement disputée en vue de son maintien à la tête du gouvernement lors des élections du 17 septembre.