Missile tombé en Pologne: le Kremlin salue la « retenue » de la réaction américaine

« En l’occurrence, il faut noter la réaction pleine de retenue et plus professionnelle de la partie américaine », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant l' »hystérie » de « hauts responsables de plusieurs pays qui ont fait des déclarations sans avoir une idée de précise de ce qui avait causé » l’explosion en Pologne.

« La Russie n’a rien à voir avec l’incident qui s’est produit en Pologne », a-t-il insisté, en écho à d’autres responsables russes qui avaient très vite démenti toute implication après les premières informations mardi soir faisant état d’un projectile tombé dans ce pays voisin de l’Ukraine.

Ce missile s’est abattu sur un village proche de la frontière ukrainienne, Przewodow, faisant deux morts.

Le président polonais Andrzej Duda a souligné qu’il n’y avait à ce stade pas de « preuve univoque » sur l’origine du tir, ajoutant toutefois que le missile était « très probablement de fabrication russe ».

Le président américain Joe Biden, de son côté, a estimé « improbable » que le missile ait été « tiré depuis la Russie ».

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé mercredi que les frappes massives menées la veille par la Russie contre l’Ukraine n’avaient touché que le territoire ukrainien, à une distance « supérieure à 35 kilomètres de la frontière ukraino-polonaise ».

Le ministère russe a en outre affirmé que ses « spécialistes » avaient analysé les photographies des débris retrouvés en Pologne, concluant que ceux-ci appartenaient à un « missile guidé antiaérien des systèmes de défense antiaérienne S-300 des forces armées ukrainiennes ».

Ce type de missiles équipe aussi bien les forces russes que ukrainiennes.

Il n’était pas possible de vérifier ces déclarations de manière indépendante dans l’immédiat.

Si elle a reçu de nombreux armements occidentaux depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, l’armée de Kiev est dotée de nombreux équipements de fabrication russe ou soviétique.

Fin octobre, les débris d’un missile russe abattu par les forces ukrainiennes était tombé sur un village en Moldavie, autre pays voisin de l’Ukraine, sans faire de victime.

La Russie a plusieurs fois mené ces derniers mois des frappes à proximité de la frontière polonaise, notamment dans la région ukrainienne de Lviv. Ce fut encore le cas mardi.