« Macron est en train de dévitaliser notre système social », accuse Sandrine Rousseau

« Emmanuel Macron est en train de dévitaliser complètement notre système social et de faire en sorte qu’il soit d’une fragilité telle qu’on soit obligé de passer par le privé, les retraites privées, l’hôpital privé, l’école privée, et c’est plus la France », a dénoncé sur Franceinfo l’écoféministe.

« De loi en loi, on diminue les cotisations patronales, donc on crée la tension sur le système de retraites qui fait qu’on n’arrive plus à le financer et après on dit : regardez, il est en déficit, on va devoir le modifier », a-t-elle expliqué, appelant à « faire payer les cotisations patronales ».

La députée EELV a aussi critiqué la méthode car, selon elle, « le gouvernement qui décide de tout, c’est encore un affaiblissement des syndicats et des partenaires sociaux » et « c’est encore une fois le mépris d’Emmanuel Macron face à tout ce qui fait la force de la France ».

« Une réforme aussi importante que les retraites (…), il est absolument impossible que ça passe en 49.3 à l’aune d’un article glissé dans une autre loi, c’est pas possible, on doit débattre démocratiquement », a-t-elle ajouté.

« Le président semble naviguer à vue, et pour pouvoir faire illusion, il se pare de la volonté de réformateur, c’est pas sérieux. Si c’est une réforme importante, discutons-en, et non pas au détour d’un amendement au PLFSS (Projet de loi sur le financement de la sécurité sociale NDLR), a abondé le secrétaire national d’EELV Julien Bayou sur Radio J.

Le gouvernement étudie « toutes les pistes » pour faire passer la réforme des retraites, y compris « dans le cadre du projet de loi » de budget de la Sécu pour 2023, a souligné mercredi son porte-parole Olivier Véran.

« Les modalités ne sont pas arrêtées, tant qu’elles ne sont pas arrêtées, nous n’excluons aucune hypothèse », a confirmé sur France 2 le ministre du Travail Olivier Dussopt. « Dans les jours qui viennent y compris dès lundi, sur la base du rapport du COR (conseil d’orientation des retraites), nous aurons cette discussion et cette concertation avec les organisations syndicales », a-t-il ajouté.

« Il faut faire la réforme, et vite, et de manière la plus efficace. Il faut la faire pour que l’engagement du président de la République soit tenu. C’est-à-dire une application en 2023 », a expliqué le ministre.

Le président Emmanuel Macron a récemment affirmé que la réforme des retraites ne pouvait plus attendre et devrait entrer en vigueur à l’été 2023.