Macron « ami ou ennemi »? La favorite à la succession de Boris Johnson refuse de se prononcer, le président français lui répond

« Le peuple britannique, la nation qui est le Royaume-Uni est une nation amie, forte et alliée, quels que soient ses dirigeants, et parfois malgré et au-delà de ses dirigeants ou des petites erreurs qu’ils peuvent faire dans des propos d’estrade », a déclaré le chef de l’Etat français en marge d’une visite officielle en Algérie.

« Si on n’est pas capable, entre Français et Britanniques, de dire si on est ami ou ennemi — le terme n’est pas neutre — on va vers de sérieux problèmes », a estimé Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse, après une visite au cimetière Saint-Eugène.

« Ce n’est jamais bon de trop perdre ses repères dans la vie. Si on me posait la question (…), quelle que soit la personne qui est considérée le leadership à venir en Grande-Bretagne, je ne m’interroge pas une seule seconde. Le Royaume-Uni est ami de la France », a-t-il insisté.

Emmanuel Macron, « ami ou ennemi »? Liz Truss, a refusé jeudi, lors d’une réunion électorale du parti conservateur à Norwich (sud-est du Royaume-Uni), de se prononcer, affirmant qu’elle jugerait le président français « sur ses actes ».

Celle qui est toujours cheffe de la diplomatie de son pays, dans un gouvernement gérant les affaires courantes, aspire à succéder au 10 Downing Street à Boris Johnson, démissionnaire en juillet.

Quand la journaliste animant la soirée a demandé « Macron, ami ou ennemi? », Mme Truss a répondu « le jury est toujours en train de délibérer », faisant rire la salle.

« Si je deviens Première ministre, je le jugerai sur ses actes et pas sur ses mots », a-t-elle ajouté.

De nombreux dossiers de contentieux existent entre la France et le Royaume-Uni, notamment la gestion des dossiers de l’après-Brexit, que ce soient la pêche ou l’Irlande du Nord.

Les deux pays, alliés au sein de l’Otan, ont également eu des approches différentes face à l’invasion russe de l’Ukraine, Boris Johnson adoptant une ligne très dure contre Vladimir Poutine tandis que le président français a défendu la nécessité de garder le dialogue ouvert avec le maître du Kremlin.