L’Ukraine a perdu environ 15% de ses capacités de stockage de céréales

Depuis le début de la guerre, l’accès à des silos et autres espaces de stockage représentant environ 8,5 millions de tonnes de céréales a été perdu par l’Ukraine, selon l’estimation du Conflict Observatory, soutenu par Washington.

Sur les quelque 58 millions de tonnes en capacité de stockage en Ukraine, les Russes ont ainsi pris le contrôle de 6,24 millions et 2,25 millions ont été détruit, précise le rapport.

Ces pertes importantes remettent en cause la capacité de l’Ukraine à poursuivre son rôle de grenier à blé de nombreux pays, qui dépendent du pays pour leurs approvisionnements en blé, maïs et tournesol notamment.

Selon le Conflict Observatory, ce manque de place complique le travail des agriculteurs ukrainiens, qui ont du mal à stocker leur récolte de cette année – et pourrait aussi les dissuader de semer pour la saison prochaine.

« Les dégâts et les saisies menés par la Russie et ses alliés sur les capacités de stockage de céréales de l’Ukraine menacent de transformer la crise actuelle de l’agriculture ukrainienne en une catastrophe », notent les auteurs.

« Des millions de personnes dans le monde comptent sur les produits agricoles ukrainiens et sont directement touchés par la brutale hausse des prix sur le marché des matières premières, provoquée par des pénuries liées à l’invasion russe de l’Ukraine », peut-on encore lire dans ce rapport.

Ont notamment contribué à cette estimation une unité de la prestigieuse université Yale et un laboratoire dépendant du ministère américain de l’Energie.

Ses conclusions sont issues d’images satellite analysées par des algorithmes qui produisent des estimations sur la destruction d’installations, comme des silos.

L’essentiel des régions touchées sont celles de Mykolaïv (sud), de Zaporijjia (sud) et de Donetsk (est), et de nombreux bâtiments touchés étaient situés près de noeuds logistiques, ce qui suggère selon le rapport qu’ils ont été visés délibérément.

« Le ciblage sans discernement des installations de stockage agricole peut constituer un crime de guerre et un crime contre l’humanité en droit international », note enfin le Conflict Observatory.