L’opération militaire russe en Ukraine prendra fin dans «un avenir prévisible», selon le Kremlin

Un peu plus d’un mois après le début de l’offensive militaire russe en Ukraine, celle-ci pourrait-elle prendre fin dans un avenir proche ? Interrogé à ce sujet, le porte-parole du Kremlin s’est contenté d’évoquer «un avenir prévisible».

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov s’est exprimé sur les développements de l’intervention militaire russe en Ukraine, lors d’une interview accordée le 8 avril à la chaîne de télévision britannique Sky News. «L’opération atteindra ses objectifs ou se terminera par des pourparlers entre la délégation russe et ukrainienne […] dans un avenir prévisible», a-t-il notamment déclaré, cité par l’agence TASS. Interrogé sur le fait qu’une telle issue pourrait avoir lieu dans les jours à venir, Dmitri Peskov a répondu : «Nous parlons d’un avenir prévisible.»

«L’opération se poursuit et les objectifs sont en train d’être atteints […]. Un travail de fond est mené tant du côté militaire, pour faire avancer l’opération, que du côté des négociateurs qui sont en train de négocier avec leurs homologues ukrainiens», a souligné le haut diplomate russe.

Une intervention militaire entamée il y a plus d’un mois

Interrogé le jour-même sur le sujet à l’antenne de RTL, le président français Emmanuel Macron a de son côté estimé que «cette guerre, malheureusement ne s’arrêtera[it] pas dans les jours qui viennent». «Il est à peu près sûr que pour le président Poutine, le 9 mai doit être un jour de victoire», a-t-il toutefois ajouté.

Pour rappel, la Russie a entamé son offensive militaire en Ukraine le 24 février dernier en déclarant vouloir porter secours aux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, dont elle avait reconnu l’indépendance deux jours plus tôt, et dont les populations seraient menacées de «génocide». La «dénazification» de l’Ukraine est également un objectif affiché par Moscou. Fin mars, la Défense russe a affirmé que tous les objectifs de la «première phase» de cette opération militaire avaient été atteints et qu’elle allait concentrer les «principaux efforts» de ses forces armées sur la «libération du Donbass».

Vivement critiquée par le camp occidental, l’intervention militaire russe a notamment provoqué le déplacement de populations : le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a ainsi fait état ce 8 avril de près de quatre millions et demi de civils ayant fui l’Ukraine depuis le 24 février. Accusée notamment par Kiev, Washington et l’Union européenne d’importantes exactions en Ukraine, la Russie a fait l’objet de multiples sanctions occidentales. Pour sa part, Moscou a régulièrement démenti les faits imputés à l’armée russe, affirmant ne pas viser les populations civiles et dénonçant dans certains cas des «provocations» de Kiev, comme après la diffusion d’images d’exactions perpétrées à Boutcha.