L’Iran exécute l’ancien vice-ministre de la Défense pour « espionnage au profit du Royaume-Uni »

L’ancien vice-ministre iranien de la Défense, Alireza Akbari, a été exécuté pour « espionnage contre le pays », a rapporté samedi l’agence de presse Mizan de l’autorité judiciaire iranienne.

M. Akbari, âgé de 61 ans, a été accusé d’ »espionnage au profit du Royaume-Uni », de « corruption sur terre » – un terme utilisé par les autorités iraniennes pour désigner diverses infractions, y compris celles liées à la violation des codes islamiques – et d’ »actes contre les lois sécuritaires intérieures et extérieures du pays », indique l’article.

Selon l’acte d’accusation dressé contre lui, M. Akbari a « agi contre la sécurité nationale de l’Iran en espionnant pour le compte du Royaume-Uni et en coopérant avec le Service secret de renseignement (SIS; acronyme anglais) du Royaume-Uni, également connu sous le nom de MI6. Il a tenu de nombreuses réunions avec des agents de renseignement ennemis dans différents pays ».

Ses actions contre l’Iran ont « provoqué une perturbation grave et étendue de l’ordre public du pays », lit-on dans l’acte d’accusation.

L’agence Mizan a ajouté que M. Akbari avait reçu 1,8 million d’euros (1,95 million de dollars), 256.000 livres sterling (313.100 dollars) et 50.000 dollars en échange de son espionnage pour le SIS.

Dans un communiqué publié mercredi sur son site Internet, le ministère iranien des Renseignements a déclaré que M. Akbari avait pénétré dans les centres stratégiques sensibles du pays, collecté des données importantes et les avait délibérément envoyées au SIS.

Il a décrit M. Akbari comme l’un des agents « les plus importants » du SIS en raison de son poste important et de son accès à des données sensibles, ajoutant qu’il avait été identifié et arrêté après un long processus d’enquête.