Libye : Frappe américaine contre Al-Qaïda dans le sud du pays

S’inscrivant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le raid a visé «un certain nombre de membres de l’organisation terroriste Al-Qaïda» près de la ville d’Oubari

Les Etats-Unis ont mené, mercredi soir 13 février , une frappe contre la nébuleuse terroriste Al-Qaïda dans le sud de la Libye, a annoncé le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale.

Le raid a visé « un certain nombre de membres de l’organisation terroriste Al-Qaïda » près de la ville d’Oubari, à 900 km au sud de Tripoli, a annoncé dans un bref communiqué, Mohamad al-Sallak, le porte-parole du président du GNA, Fayez al-Sarraj. L’opération « coordonnée » avec le GNA, s’inscrit dans le cadre « de la coopération continue et le lien stratégique entre la Libye et les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté M. Sallak. Le porte-parole n’a pas donné plus de détails sur les cibles visées ou sur le résultat de la frappe.

L’armée américaine mène régulièrement des frappes en Libye contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech). Comme c’est le cas en Somalie, le Pentagone a toute autorité pour mener des frappes aériennes en Libye, dans la mesure où il opère en coopération avec les gouvernements concernés.

Depuis la chute du régime du colonel Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices alors que deux autorités se disputent le pouvoir: d’un côté, le GNA, de l’autre une autorité exerçant son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar. Ce dernier a lancé mi-janvier une opération militaire visant selon lui à « purger le Sud (de la Libye, ndlr) des groupes terroristes et criminels ». Daech a profité du chaos pour s’implanter à Syrte en juin 2015. Le GNA a assuré avoir repris le contrôle de la cité en décembre 2016, mais Daech reste actif, en particulier dans le centre et le sud du pays.

Agences