L’Etat islamique revendique l’assassinat d’un prêtre arménien en Syrie

Depuis le retrait américain et l’offensive turque, le nord-est de la Syrie bascule dans la pire violence. Plus personne n’est à l’abri. Un attentat à la voiture piégée a eu lieu ce lundi après-midi à Qamishli, tandis qu’un prêtre arménien a été assassiné sur la route au sud d’Hassaké.

A Qamishili, la principale ville de cette région autonome, deux voitures piégées, selon le Rojava Information Center, ont explosé, l’une près du marché central, l’autre près de l’église chaldéenne. Les explosions ont eu lieu à environ quatre minutes d’intervalle selon un jeune qui faisait réparer son téléphone potable dans un magasin. Entre 20 et 30 magasins ont été endommagés. Il y a au moins deux morts, selon ce centre d’information mis sur pied par des volontaires européens pro-kurdes. L’agence Hawar parle de trois morts et de cinq blessés.

La tactique de la double explosion est fréquemment utilisée par les groupes proches d’Al Qaïda, qui tentent de cette façon de faire un maximum de victimes en visant ceux qui portent secours aux victimes de la première déflagration.

Par ailleurs, le prêtre arménien catholique de Qamishli, Hovsep Bedoyan, et son père ont été assassinés lundi au sud de Hassaké, alors qu’ils se rendaient dans la région de Deir Ezzor pour entreprendre la restauration de l’église. Deir Ezzor était l’un des bastions de Daech dans le nord de la Syrie, notamment pour les djihadistes français et belges. L’Etat islamique a revendiqué l’assassinat de « deux prêtres » dans cette région.