Les Pays-Bas autorisent le vaccin Pfizer après une première dose d’AstraZeneca

Le Conseil de la santé a jugé lundi que l’administration du vaccin à ARN messager après celui d’AstraZeneca était non seulement possible, mais qu’elle protégeait aussi bien, voire mieux, que deux doses d’AstraZeneca.

Toutefois, les personnes recevant deux vaccins différents peuvent présenter des effets secondaires plus fréquents, tels que de la fièvre, de la fatigue, des frissons, des maux de tête ou des douleurs musculaires.

Le Conseil de la santé déconseille par ailleurs une première injection de Pfizer et une seconde d’AstraZeneca, car cette combinaison offre une protection moindre que deux injections de Pfizer.