Les jeunes Belges représentés à l’Assemblée générale de l’ONU: « Nous voudrions mettre deux choses à l’agenda »

Mathilde Chignesse (à gauche sur la photo), 25 ans, est la déléguée ONU au Forum des Jeunes (ndlr: le porte-parole officiel des jeunes belges francophones de 16 à 30 ans). Depuis le 15 septembre, la jeune femme est à New York afin de participer à la 77ème Assemblée générale des Nations unies dont le thème est « Solidarité, durabilité et science ». Son rôle? Porter la voix de la jeunesse belge francophone à travers plusieurs grands rendez-vous. Entretien.

Qu’allez-vous faire à New York?

Avec mon homologue néerlandophone du Vlaamse Jeugdraad, nous représentons la jeunesse au sein de la délégation belge. Cette délégation est composée entre autres du Premier ministre De Croo, de la ministre des Affaires étrangères Mme Lahbib et de la ministre pour la Coopération au développement Mme Kitir. Une fois sur place, nous allons participer à trois grandes conférences onusiennes : le Sommet sur l’Education, la semaine ministérielle de l’Assemblée générale des Nations unies et la Troisième Commission chargée des questions sociales, humanitaires et culturelles.

Quel message allez-vous porter au nom des jeunes?

Après avoir sondé les jeunes, nous avons dégagé deux grandes priorités. D’une part, nous souhaitons une plus grande participation des jeunes aux processus décisionnels. Nous voulons être davantage consultés et que la participation ait du sens. D’autre part, nous voulons défendre une éducation qui prépare les jeunes quant à leur avenir. Nous voulons davantage de cours liés à l’environnement dans les programmes scolaires afin de mieux sensibiliser les élèves et étudiants sur les grands enjeux actuels.

Quels résultats espérez-vous à l’issue de l’événement?

Nous espérons la mise de ces deux grands points à l’agenda belge. Nous espérons que, lorsque les ministres rentreront, ils fassent avancer ces deux points qui sont une priorité pour nous. Nous avons déjà quelques grandes idées, mais nous souhaiterions en débattre afin qu’elles soient mises en place.

Des jeunes d’autres pays seront également présents à l’ONU. Est-ce l’occasion de peser encore plus?

Effectivement, nous échangeons régulièrement avec des délégués ONU d’autres pays. Cela nous a permis de créer un réseau. Nous échangeons sur plein de choses, il y a vraiment une connexion entre tous les jeunes. On voit aussi ce qui se fait dans d’autres pays, on voit ce qui est bien ou pas et on peut reprendre des idées. Avec des jeunes venus d’Allemagne, d’Autriche, de République tchèque et des Etats-Unis, nous allons organiser un événement à New York le 4 octobre prochain sur le thème « Inclure les jeunes dans les processus participatifs ». Au plus nous nous rassemblons, au plus nous aurons du poids pour nous faire entendre.

Vous estimez-vous suffisamment entendus?

Le Forum des Jeunes est le porte-parole officiel des jeunes en Fédération Wallonie-Bruxelles. Les politiques nous sollicitent donc parfois afin de nous commander des rapports et avoir l’avis des jeunes sur tel ou tel sujet. Nous sommes déjà sollicités mais nous aimerions l’être encore plus. Nous estimons ne pas être encore assez entendus à l’heure actuelle.