Les îles grecques s’embrasent sur le dossier de la migration

La tension monte chez les habitants de cinq îles grecques. Ils ne veulent pas de nouveaux centres d’accueil dans leurs îles.

Pierres contre gaz lacrymogènes. Milices d’extrême droite et néonazies, armées de barres de fer, venues d’Athènes « chasser du migrant » et des bénévoles pro-réfugiés. Barrages sur les routes devant les villages. Manifestations sur le port. L’île de Lesbos a connu cette semaine deux jours d’émeutes sans précédent.