Législatives 2022: Marine Le Pen peine à toucher son électorat

A la présidentielle, Emmanuel Macron avait désigné la dirigeante d’extrême droite comme son ennemie numéro un. Deux mois plus tard, la macronie concentre son tir sur un autre adversaire, Jean-Luc Mélenchon, après en avoir cajolé l’électorat pendant l’entre deux-tours.

« Chavez gaulois », « catastrophe pour la France », « guillotine fiscale »: les ministres rivalisent de métaphores pour dénoncer le chef des Insoumis qui se rêve en Premier ministre et mène une campagne très visible.

Rien ou si peu en revanche sur Marine Le Pen qui va soutenir ses candidats mercredi et jeudi dans les Pyrénées orientales et l’Hérault, menacés en premier chef par l’alliance de gauche Nupes.

Pour la majorité présidentielle, la menace a clairement changé de camp. En terme de projections de sièges, les deux premières places sont clairement occupées par Ensemble!, qui regroupe LREM, le MoDem, Horizons et Agir, et la Nupes, qui associe LFI, EELV, le PCF et le PS.

Alors que le parti d’extrême droite est lui donné à la troisième voire à la quatrième place.

« Nuit d’horreur »

Pourtant Marine Le Pen a réuni, au second tour de la présidentielle 41,45% des voix (23,15% au premier), tandis que le chef de file de la Nupes, Jean-Luc Mélenchon, a été éliminé au premier tour avec près de 21,95% des voix.

En 2017, elle avait réuni près de 34% des voix à la présidentielle mais n’avait obtenu que 8 députés, une « malédiction » que la députée du Pas-de-Calais entend « vaincre », espérant au moins un groupe, soit plus de 15 députés.

Mais la cheffe de file du RN souffre en premier lieu de l’abstention de ses troupes, classes populaires et jeunes en tête, plus enclines à déserter les urnes que d’autres, qui lui avait coûté cher aux régionales.

« Aidez-moi à vous aider », a encore supplié mardi dans le Loiret Marine Le Pen, qui multiplie sur Twitter les appels à voter.

Pour mobiliser ses électeurs, elle n’hésite pas à forcer le trait, présentant la situation du pays comme « dramatique », avec l’insécurité et « l’affaire du Stade de France », où des « razzias » de « voyous » ont fait vivre à des « témoins » une « nuit d’horreur », « l’effondrement de l’hôpital public » ou encore la réforme des retraites à venir.

« Honnêteté »

Marine Le Pen pâtit aussi de son absence d’accord avec le parti Reconquête! de son rival Eric Zemmour, qui a réuni de 8 à 10% des voix dans les Pyrénées orientales et l’Hérault, alors que M. Mélenchon est parvenu, lui, à unir les principaux partis de gauche.

Elle considère en outre comme acquise la victoire d’Emmanuel Macron aux législatives, au nom de « l’honnêteté », quand Jean-Luc Mélenchon entend lui devenir Premier ministre, ce qui sous-entend l’obtention par la Nupes d’une majorité.

« M. Mélenchon a fait élire Emmanuel Macron, de même que ses alliés », « ce n’est pas une opposition, c’est une complicité », se défend Marine Le Pen qui assure être « la seule opposition à Macron ».

M. Mélenchon Premier ministre « c’est l’assurance d’affrontements de rue », avance le vice-président du RN Louis Aliot.

Même le thème favori de Marine Le Pen à la présidentielle, le pouvoir d’achat, a été préempté par le gouvernement et M. Mélenchon.

Elisabeth Borne a annoncé mardi le versement « à la rentrée » d’une aide aux plus modestes qui font face à la hausse des prix, tandis que M. Mélenchon a défendu le même jour un programme économique qui prévoit notamment 125 milliards d’aides, subventions et redistributions de richesse.