Le roi Charles III s’adresse pour la première fois au Parlement britannique: « Je ne peux m’empêcher de ressentir le poids de l’Histoire »

Quatre jours après la mort d’Elizabeth II dans sa résidence écossaise de Balmoral, son cercueil va être exposé à Edimbourg au terme d’une procession avec à sa tête Charles III et la reine consort Camilla, une nouvelle étape d’un dernier voyage chargé d’émotion jusqu’aux funérailles nationales le 19 septembre.

Avant de rejoindre la capitale écossaise, le nouveau roi a reçu au Parlement britannique à Londres les condoléances des présidents de la Chambre des Lords et de la Chambre des Communes.

« En me tenant devant vous aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de ressentir le poids de l’Histoire qui nous entoure et qui nous rappelle les traditions parlementaires vitales auxquelles les députés des deux chambres se consacrent », a déclaré le souverain dans un court discours.

Il a affirmé que sa mère était « un exemple de dévouement que, avec l’aide de Dieu et vos conseils, je suis résolu à suivre fidèlement ».

Elizabeth II est restée pendant ses 70 ans de règne une cheffe d’État à la neutralité irréprochable, remplissant sans jamais s’exprimer publiquement sur ses opinions ses fonctions constitutionnelles, ouvrir le Parlement, promulguer les lois, valider les nominations, et intronisant encore, deux jours avant de s’éteindre à l’âge de 96 ans, son 15e chef de gouvernement.