Le rendez-vous Tinder d’un Belge se finit par un violent enlèvement en Colombie

International Le Belge a été enlevé, drogué et dépouillé par une bande organisée pendant trois jours à Medellin.

Ruben Vanhees a raconté le véritable cauchemar qu’il a vécu en Colombie dans les colonnes du Belang van Limburg. Le Belge vit la moitié de l’année dans ce pays pour donner des cours d’anglais et coordonner des projets IT. Mardi dernier, l’homme a donné rendez-vous à une Colombienne via la célèbre application Tinder. La rencontre s’est opérée dans un café dans le nord de la ville de Medellin, là où il devait rencontrer Thalia. Après quelques bières, la jeune fille a proposé d’aller terminer la soirée chez sa tante tout en insistant pour payer l’Uber. Après être repassé chez lui pour un chargeur et une couverture, le taxi a continué sa course en direction de la tante de la jeune femme

La voiture à l’arrêt, deux hommes ont fait irruption dans l’habitacle. »L’un avait un couteau, l’autre un pistolet à impulsion électrique. Aussi bien moi, que le chauffeur et Thalia avons reçu plusieurs décharges. Sans doute voulaient-ils ainsi montrer qu’elle était aussi victime, mais il est apparu plus tard qu’elle faisait partie du complot », a raconté Vanhees.

Un calvaire de 48 heures

C’est ici que le calvaire commence pour Ruben. Il a été attaché, les yeux bandés tout en étant allongé sur la banquette sous sa couverture. Il a ensuite été tiré hors de la voiture dans un tuyau d’égout pendant que son « date » Tinder dévalisait son appartement en emportant ordinateur, passeport et portefeuille. Après plusieurs heures, le Belge a été forcé de grimper dans la montagne puis de ramper dans un trou.

« Ensuite, ils m’ont menacé pour transférer de l’argent avec mon smartphone. Comme ça ne marchait pas – il n’y avait pas de réseau – j’ai dû donner tous mes codes. S’il devait apparaître que mes codes étaient incorrects, ils m’auraient coupé les doigts un à un, » raconte l’homme âgé de 33 ans. La jeune Thalia est allée en ville avec une autre complice pour retirer de l’argent.

Bloqué avec un nœud autour du cou

La suite n’est guère plus reluisante. Drogué au basuco, une drogue locale à base de coca, il est resté dans son trou recouvert de branches et par une couverture avec un nœud qui partait de ses pieds jusqu’à son cou. S’il bougeait trop, il risquait de s’étouffer. Le lendemain, ses ravisseurs se sont rendus compte que les codes étaient corrects. Ils ont sorti Ruben de son trou, tout en lui promettant une escort girl après avoir vidé tous ses comptes. L’histoire continue dans une maison. « Il y avait de la bière, des drogues et une escort. D’abord, on m’a fait prendre du tussi, une drogue psychédélique », rajoute-t-il. « Ensuite, je devais transférer toutes mes économies vers mes comptes courants. Heureusement, après deux fois, la limite journalière a été atteinte. Ils auraient utilisé le reste le lendemain matin pour acheter des cryptomonnaies. J’ai reçu la garantie qu’ils me mettraient dans un avion pour la Belgique si je collaborais. ‘Ratas Con Corbatas’, des ‘rats en cravate’, c’est comme ça qu’ils se décrivaient. Des gangsters, mais qui respectent leurs promesses. »

Quand le premier versement a été effectué, la prostituée a été proposée au Belge. Lorsque ce dernier lui a raconté son calvaire, elle lui a gentiment expliqué qu’il ne fallait pas trop qu’il espère sortir vivant de cette maison.

Son sauvetage dû à… une bande rivale

Lorsque la nouvelle s’est répandue qu’un étranger était dans les mains d’un gang local, ils ont dû évacuer les lieux en vitesse car une bande rivale s’était installée juste à côte d’eux. « Ils avaient peur qu’ils viennent réclamer une partie du butin. Les étrangers rapportent de l’argent. » Poussé dans la voiture par ses deux ravisseurs, ils ont pris la direction d’un « love hôtel » bas de gamme.« Ils ont réservé deux chambres: une pour un garde et moi, une chambre privée pour l’autre gars. À ce moment-là, je n’avais plus dormi depuis deux jours et je me suis finalement assoupi. » En se réveillant à 7h du matin, Ruben a vu son geôlier en train de dormir. Il a saisi sa chance et s’est enfui de l’hôtel.

« J’ai directement tilté que c’était maintenant ou jamais. Je suis sorti dans la rue en boxer pour arrêter un taxi, mais personne ne s’arrête pour un Belge hurlant à moitié nu. Alors j’ai commencé à courir comme un fou et j’ai été mis à l’abri par les gardes d’une banque »,a-t-il ajouté. Quelques heures plus tard, il a été interrogé par la police avant d’être transféré au consulat belge de Medellin. Il a pris un vol retour vers la Belgique ce dimanche après-midi avec un visa temporaire. Le montant perdu dans l’aventure se chiffrerait à plus d’un millier d’euros (un montant qu’il pourrait récupérer). Alors que l’enquête bat son plein, il ne fait aucun doute qu’il s’agit de professionnels. Le Belge a déclaré qu’il ne remettrait plus jamais les pieds en Colombie. 

Th. L.