Le « prince des ténèbres », les yeux et les oreilles du Kremlin, le multi-millionnaire: qui est Viktor Medvedtchouk, l’homme que Kiev remet à Moscou ?

Alors que les rumeurs sur un échange potentiel le concernant allaient bon train depuis des mois, son nom est finalement ressorti mercredi, quand le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confirmé qu’il faisait partie des prisonniers remis à Moscou.

Ces personnes « ne méritent ni regrets, ni sympathie », a dit M. Zelensky. Il y a ceux qui « ont combattu contre l’Ukraine et ceux qui ont trahi l’Ukraine », et pour Kiev, M. Medvedtchouk appartient à la deuxième catégorie.

Dans la foulée de l’invasion russe le 24 février, cet ancien député et homme d’affaires ukrainien de 68 ans avait fui son assignation à résidence, disparaissant dans la nature avant d’être arrêté par les forces spéciales le 12 avril.

Vêtu d’un uniforme militaire, menotté et les cheveux ébouriffés, ce multi-millionnaire, jadis un des hommes les plus influents d’Ukraine, n’apparaissait alors plus que comme l’ombre de lui-même sur les images diffusées par les services ukrainiens.

L’annonce de l’arrestation de l’un des politiciens les plus honnis en Ukraine pour ses liens avec Vladimir Poutine avait suscité ce jour-là une explosion de joie sur les réseaux sociaux.

« C’est un événement symbolique, c’est comme capturer Goebbels », avait dit à l’AFP Serguiï Lechtchenko, conseiller du chef du cabinet du président Zelensky, en référence à l’ancien chef de la propagande de l’Allemagne nazie.

Inculpé pour trahison

Né en Sibérie le 7 août 1954, Viktor Medvedtchouk retourne avec sa famille en Ukraine dans les années 1960.

Après ses études de droit, il défend comme avocat plusieurs dissidents ukrainiens.

Surnommé « prince des ténèbres » par des médias, « c’est l’homme qui recevait des instructions directes et des ressources de Poutine pour préparer le terrain pour l’invasion », avait affirmé M. Lechtchenko.

Selon M. Medvedtchouk, sa relation avec Vladimir Poutine « s’est développée pendant 20 ans ». « Je ne veux pas dire que j’exploite cette relation, mais elle fait partie de mon arsenal politique », racontait-il en 2021 au magazine américain Time.

Les deux hommes font connaissance au début des années 2000: Vladimir Poutine, ancien du KGB, vient d’être élu président de la Russie et M. Medvedtchouk, un avocat soupçonné d’avoir été collaborateur non officiel du KGB, dirige alors le cabinet du président ukrainien.

A ce poste, il est accusé d’avoir organisé en 2004 des fraudes électorales massives en faveur d’un prorusse, ce qui déclenche le premier Maïdan, soulèvement pro-occidental.

Fin 2013, un deuxième soulèvement éclate à Kiev, entraînant la chute d’un président prorusse. Un mois plus tard, la Russie annexe la Crimée, et s’en suit une guerre avec les séparatistes soutenus par Moscou dans l’est du pays.

Discret, M. Medvedtchouk s’associe aux pourparlers de paix et finit par entrer au Parlement en 2019, après 15 ans sans fonction politique officielle.

Mais en février 2021, l’horizon commence à s’assombrir pour lui, même s’il demeurait la 12e fortune d’Ukraine l’an dernier avec 620 millions de dollars, selon le magazine Forbes.

« Vice-Poutine » en Ukraine

Le président Zelensky interdit par décret trois de ses chaînes de télévision, porte-voix de la propagande russe, et les autorités saisissent des biens de la famille Medvedtchouk, dont un oléoduc qui achemine du pétrole russe vers l’Europe. En mai 2021, il est inculpé pour « haute trahison ».

La justice lui reproche la possession de biens immobiliers en Crimée, mais aussi d’avoir investi en 2014 dans une raffinerie russe ayant alimenté en carburant les forces séparatistes du Donbass.

Le placement de M. Medvedtchouk en résidence surveillée met en colère Vladimir Poutine qui dénonce alors « une purge politique ».

« Medvedtchouk était le vice-Poutine, son homme de confiance, ses yeux et ses oreilles en Ukraine, qui diffusait des messages de Moscou » par ses médias, résume Serguiï Lechtchenko.

Oksana Martchenko, épouse de Medvedtchouk
Oksana Martchenko, épouse de Medvedtchouk ©AP

Déjà frappé par des sanctions américaines pour son rôle dans l’annexion de la Crimée, M. Medvedtchouk a également été sanctionné par le Royaume-Uni.

Après sa fuite, des médias ukrainiens ont découvert sur le terrain de sa résidence, près de Kiev, un wagon de train grandeur nature abondamment décoré et portant les armoiries russes, apparemment un cadeau d’anniversaire de son épouse, Oksana Martchenko, qui a fui en Russie.

Le "prince des ténèbres", les yeux et les oreilles du Kremlin, le multi-millionnaire: qui est Viktor Medvedtchouk, l'homme que Kiev remet à Moscou ?