Le Parlement européen prêt à accepter un report du Brexit: voici les trois conditions

« Le Parlement européen a été parfaitement clair », s’est réjoui Guy Verhofstadt mercredi après-midi, après le vote massif d’une résolution consacrée au Brexit. C’était la cinquième du genre, mais surtout la première adoptée par les députés européens élus en mai dernier. Il s’agissait de réaffirmer le soutien du Parlement à l’accord négocié par l’Union européenne et conclu en novembre 2018 avec l’alors Première ministre britannique Theresa May. Cela fut fait d’éclatante manière : 544 voix pour, 126 contre, 38 abstentions et aucun amendement. Le vote émanant de l’ensemble des groupes politiques à l’exception de l’extrême droite fut sans ambiguïté.

Concrètement, il s’agissait pour le Parlement d’énoncer les lignes à ne pas franchir pour qu’il valide un accord de sortie du Royaume-Uni. Son vote est exigé par la procédure, comme celui du Parlement britannique.

Trois conditions sine qua non

Ces conditions sont au nombre de trois, a rappelé le Belge Guy Verhofstadt (Renew Europe), chef du groupe de pilotage du Parlement européen sur le Brexit, avant de les préciser en conférence de presse.

(…)