Le Congrès s’unit contre Trump: « Nous déclinons respectueusement cette offre pour l’instant »

Dans un message commun rarissime, les chefs démocrate et républicain du Congrès américain ont rejeté samedi « respectueusement » l’offre de l’administration Trump de dépister rapidement les sénateurs qui reviendront à Washington la semaine prochaine malgré l’épidémie de coronavirus et les consignes de confinement. 

Grands rivaux politiques, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, se sont fendus d’un communiqué commun pour affirmer que le « Congrès veut continuer à envoyer les ressources vers les établissements en première ligne », comme les hôpitaux.

Les cent sénateurs américains, dont la moyenne d’âge est élevée, reviendront à Washington lundi pour une séance plénière après des vacances parlementaires démarrées fin mars, et prolongées à cause de la pandémie.

La capitale fédérale américaine est sous ordre de confinement jusqu’au 15 mai.

Nancy Pelosi a elle indiqué que les près de 435 membres de la Chambre ne rentreraient pas avant, au moins, la semaine suivante, en suivant les recommandations du médecin du Congrès.

L’administration Trump avait annoncé vendredi l’envoi au Sénat de dispositifs portables permettant de diagnostiquer rapidement les cas de coronavirus.

Samedi matin, Donald Trump a tweeté qu’il y avait « une capacité de dépistage extraordinaire à Washington pour les sénateurs ». « Egalement pour la Chambre, qui devrait revenir mais ne le fait pas à cause de Nancy P. la folle », a poursuivi le président américain, en affirmant que des dispositifs de dépistage portables de la compagnie Abbot Laboratories seraient installés.

« Le Congrès est reconnaissant de l’offre généreuse de l’administration de déployer rapidement des capacités de dépistage sur la Colline du Capitole », siège du Congrès, « mais nous déclinons respectueusement cette offre pour l’instant », ont répondu les deux chefs du Congrès, Nancy Pelosi et Mitch McConnell.

Pays le plus lourdement frappé avec environ 66.000 morts, les Etats-Unis ont enregistré plus de 1,12 million de cas, sur leurs près de 330 millions d’habitants, selon les données de l’université Johns Hopkins.