L’après Brexit: pour l’Union européenne, le plus dur est à venir

Le Brexit aura bien lieu, le 31 janvier 2020 à 23 heures de Londres (minuit à Bruxelles). « Jusqu’à hier (jeudi), il y avait encore un doute. Du côté européen, on trouvait encore des personnes qui considéraient la discussion sur le Brexit comme un cauchemar et qui espéraient que si elle s’éternisait, les Britanniques finiraient par revenir sur leur décision », épingle Alexandre Mattelaer, vice-doyen de l’Institute for European Studies de la Vrije Universiteit Brussel et chercheur à l’Egmont Institute. La victoire électorale du Premier ministre sortant Boris Johnson a éteint les dernières illusions de ceux qui espéraient que l’UE reste intacte. Le conservateur a remporté une large majorité après avoir fait campagne sur le slogan « Get Brexit done » (Réaliser le Brexit). On imagine donc mal à présent que le Parlement britannique rejette l ’accord de retrait conclu en octobre avec l’Union par le Brexiter en chef, et plus mal encore que le Parlement européen mette son veto.