L’ancien président russe Medvedev, après la frappe en Pologne : « L’Occident se rapproche de la guerre mondiale »

Russes ou ukrainiens ? C’est la question que se posent de nombreuses personnes au lendemain de la frappe de missiles qui a fait deux morts en Pologne. Comme l’a expliqué un expert dans la foulée de l’incident, répondre à cette interrogation s’avère crucial. C’est pourquoi tout est mis en œuvre à l’heure actuelle pour récolter les informations nécessaires à l’identification des coupables. Si la Russie a largement été pointée du doigt dans les premières heures qui ont suivi l’attaque, le président américain Joe Biden a quelque peu temporisé le propos ce mercredi 16 novembre. Il a estimé qu’il était « improbable » que le missile ait été lancé depuis la Russie et a évoqué l’hypothèse d’un missile antiaérien ukrainien.

Pour Medvedev, cette frappe en Pologne « ne prouve qu’une chose »

Mais, pour l’ancien président russe Dmitri Medvedev, le mal était déjà fait. Il n’a guère apprécié que son pays soit accusé d’être responsable de la frappe ayant causé la mort de deux Polonais. Comme attendu, le vice-président du Conseil de sécurité russe a quant à lui jugé que l’Ukraine était à l’origine de l’incident. « La prétendue attaque de missiles ukrainienne sur une ferme polonaise ne prouve qu’une chose : en menant une guerre hybride contre la Russie, l’Occident se rapproche de la guerre mondiale », a-t-il mis en garde sur Twitter, comme le relaie l’agence Reuters.

Ce n’est pas la première fois que l’ancien chef du Kremlin agite le spectre d’une « guerre mondiale ». Depuis le début du conflit en Ukraine, il a multiplié les sorties au vitriol à l’égard de l’Occident, allant même jusqu’à évoquer la fin du monde en juillet dernier.

Des accusations vues comme une « provocation »

Le ministère de la Défense russe a également réfuté toute implication de la Russie dans la frappe en Pologne. Les déclarations de médias polonais et de responsables officiels sur une prétendue chute de missiles russes près de la localité de Przewodow relèvent de la provocation intentionnelle dans le but de créer une escalade de la situation », a-t-il déclaré ce mardi 15 novembre.