La Turquie renvoie des réfugiés syriens en zone de guerre, dénonce 11.11.11

Le pays accueille plus de 3,7 millions de réfugiés syriens, qui font face à un climat de plus en plus hostile. Les Syriens se retrouvent contraints d’accepter un retour décrit par la Turquie comme « volontaire » vers le pays en guerre qu’ils ont fui. Dans son rapport, 11.11.11 souligne que le modèle en vigueur « d’accueil dans la région » des personnes syriennes s’effrite. Selon l’ONG, il s’agit de « la plus grosse crise de réfugiés au monde ». Il y a de plus en plus d’agressions et d’arrestations de réfugiés syriens en Turquie, ainsi que de retours forcés, s’alarme l’organisation.

Pour établir son rapport, 11.11.11 a interrogé 944 Syriens, dont la moitié au moins témoigne d’une pression croissante pour quitter la Turquie. Plus du tiers rapporte également des tensions accrues avec la population turque, aboutissant souvent à des violences anti-syriennes.

Plus de la moitié de l’ensemble des personnes ayant fui la Syrie, soit 3,7 millions, sont accueillies en Turquie, où une personne sur 23 est réfugiée. La perte de popularité dans l’opinion publique et l’opposition politique semblent pousser le gouvernement turc à des violations croissantes des droits humains.

« La perte de valeur significative de la livre turque, l’inflation croissante, la paupérisation et la concurrence pour l’emploi créent une atmosphère hostile envers les réfugiés syriens », alerte la directrice de 11.11.11, Els Hertogen. « Les prochaines élections de 2023 annoncent une pression supplémentaire », avertit-elle.