La libération de toute la géographie syrienne du terrorisme est imminente

Le vice-président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, Walid Mouallem, a affirmé que la libération de toute la géographie syrienne du terrorisme est imminente, soulignant la poursuite des efforts pour parvenir à une solution politique de la crise en Syrie, partant du fait que la Constitution est une affaire syrienne qui doit satisfaire aux aspirations du peuple syrien.

Dans une interview avec la chaîne al-Mayadine, lors de sa visite à Pékin, Mouallem a précisé que la libération de notre territoire est un droit légitime. «L’âge du terrorisme est courte et ce sont les pays qui survivront et continueront, surtout s’ils ont un peuple qui espère que la libération totale du territoire syrien est imminente », a-t-il fait savoir.

«Nous ne cherchons pas un affrontement militaire avec la Turquie, mais c’est différent de notre combat contre des organisations terroristes déjà incluses sur les listes de l’ONU”, a-t-il déclaré, soulignant que la ville d’Idlib est un gouvernorat syrien et ce que l’armée arabe syrienne mène d’opérations antiterroristes est sur des ses territoires.

Mouallem a indiqué que la Chine est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et elle veut jouer un rôle constructif afin de parvenir à la paix et à la stabilité dans la région.

“Au cours de ma visite en Chine, j’ai ressenti un esprit positif et une détermination auprès des responsables chinois de renforcer les relations économiques avec la Syrie comme l’étaient dans l’histoire de la Route de la soie », a-t-il ajouté.

Il a souligné que le régime turc, qui occupe certaines parties de la Syrie, doit retirer ses forces et reconnaître l’unité du territoire et l’indépendance de la Syrie, sinon nous les considérerons comme des forces d’occupation pas différentes d’Israël.

Interrogé sur la participation de la Turquie aux prochaines réunions d’Astana, Mouallem a indiqué que c’est son affaire et sa décision. « A Astana, nous traitons avec les amis russes et les frères iraniens et nous ne traitons pas avec la partie turque », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne le retour des Syriens déplacés, Mouallem a précisé qu’Astana examine ce sujet, mais c’est l’Occident qui l’encercle et qui conspire contre nous, liant cette question aux conditions du règlement politique et aux élections.

Mouallem a indiqué que ce qui est dit sur la non coopération du gouvernement syrien dans ce domaine est mensonger, précisant que le gouvernement offre toutes les facilités pour assurer le retour des Syriens déplacés.

Source : SANA