La justice américaine s’oppose à la publication des raisons de la perquisition chez Trump

L’opération de la police fédérale dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride – une première pour un ex-président – a provoqué une tempête politique, M. Trump et ses partisans dénonçant une « chasse aux sorcières ». Plusieurs organisations, dont des médias, avaient demandé à un juge de publier un document judiciaire dans lequel les enquêteurs expliquent habituellement pourquoi la perquisition était nécessaire. Le ministère de la Justice a assuré lundi qu’une telle publication « nuirait de manière irréparable à l’enquête pénale en cours », selon un document judiciaire.

Vendredi, à la demande des procureurs cette fois-ci, un juge avait rendu publics le mandat autorisant la perquisition et une liste des documents saisis. Mais, à l’inverse des premiers, le document dont la publication était cette fois demandée contient « des informations très sensibles sur des témoins », des techniques utilisées par la police et des faits « extrêmement importants sur l’enquête », a estimé le ministère. Sa publication pourrait révéler la stratégie des enquêteurs et « compromettre (la réussite) de prochaines étapes de l’investigation », a-t-il ajouté.

Selon les documents révélés vendredi, la justice soupçonne le républicain d’avoir violé une loi américaine sur l’espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentiels. La liste des objets saisis mentionne de nombreux documents classés « top secret ». Donald Trump, pressenti pour se relancer dans la course à la Maison Blanche pour 2024, a assuré que ces documents avaient été déclassifiés. Lundi, en indiquant avoir vu ses passeports saisis lors de la perquisition, le républicain s’est dit victime d’une « attaque contre un opposant politique comme on n’en a jamais vu dans notre pays ».