La France touchée par de violents orages, une victime à Rouen

A Rouen, où certaines rues ont été transformées en torrent par la violence des orages, une femme d’une trentaine d’années est morte coincée sous une voiture après avoir été emportée par les eaux, a-t-on appris auprès du cabinet du maire de la ville normande.

« Elle a été retrouvée mais elle est décédée », a précisé la même source. Un peu plus tôt, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait fait état d’une « femme disparue à Rouen » sur Twitter.

A 22H00, Météo-France a levé la vigilance orange « Orages » pour la Seine-Maritime et 14 autres départements mais 50 autres départements, principalement dans le quart nord-est de la France, restent sous suivi.

Dans les Landes et le Gers, des grêlons de plusieurs centimètres sont tombés sur une partie du vignoble d’Armagnac, ont indiqué à l’AFP des viticulteurs et responsables locaux.

« Ce couloir de grêle a suivi toute la frontière lando-gersoise et on estime entre 4 à 5.000 le nombre d’hectares de vignes touchés et à plusieurs dizaines de milliers d’hectares les cultures impactées dans le Gers », a affirmé le président de la chambre d’agriculture départementale Bernard Malabirade.

« A Montréal-du Gers, on a eu des grêlons plus gros qu’une balle de golf! », selon le directeur de l’interprofession de l’Armagnac Olivier Goujon.

Au Frêche (Landes), la viticultrice Nelly Lacave a retrouvé ses 8,5 hectares de vignes « hachés ». « Dans les vignes, il n’y a plus rien, le toit de notre bâtiment agricole est un gruyère géant et dans la maison, des vitres ont pété. Mon père qui a bientôt 70 ans n’a jamais vu ça », a-t-elle confié à l’AFP.

Non loin de là, à Labastide-d’Armagnac (Landes), le maire Alain Gaube pense avoir « perdu entre 70 et 90% de (s)es vignes ». « Par terre, il y a une grande partie des feuilles et des raisins. Les raisins qu’il reste (sur la vigne) sont déjà marrons, ils sont morts », déplore-t-il.

Si aucun blessé n’est à déplorer dans les Landes, 4.500 foyers ont été privés d’électricité. La Première ministre Elisabeth Borne a promis dans la soirée que le gouvernement serait « là pour les territoires touchés », se tournant vers les « victimes des intempéries qui frappent tout le pays et vers les équipes de secours qui ont mené des centaines d’interventions ».

Météo-France avait prévenu que des orages parfois violents allaient se développer dans le Sud-Ouest et progresser vers le nord et l’est du pays, accompagnés de pluies intenses (localement 40 à 60 mm en peu de temps), de rafales de vent et de grêle, notamment sur le Sud-Ouest et le Massif Central.

Sous les tentes

De fait, les éclairs ont illuminé le ciel aussi bien en Bretagne qu’en Centre-Val de Loire, Normandie ou Ile-de-France. Des photographes amateurs ont posté sur les réseaux des images du sommet de la Tour Eiffel frappée par la foudre.

« Les services de l’Etat et les moyens de la @SecCivileFrance sont mobilisés, prêts à intervenir », a fait savoir sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, invitant la population « à suivre les conseils des autorités et à rester très vigilante ».

A Vincennes, à l’est de Paris, le festival de musique We love green a dû s’interrompre car « les conditions ne sont agréables ni pour le public ni pour les artistes », a annoncé un speaker sur scène, selon une journaliste de l’AFP.

Sur le Domaine national de Chambord (Loir-et-Cher), 30.000 scouts unitaires de France réunis à l’occasion du week-end de la Pentecôte ont dû être mis à l’abri, dont un tiers à l’intérieur du château lui-même.

« L’orage est passé vers 16H30. Ca a duré quelques minutes mais c’était relativement fort et un coup de vent a fait tomber les tentes des louveteaux », a expliqué à l’AFP Damien Tardy, chargé des relations presse du mouvement.

« Dix mille jeunes, âgés de 8 à 12 ans, ont été mis à l’abri dans le château en coopération avec la préfecture », les plus âgés « dans une plaine en pente », selon lui. « lls sont dans des tentes sous des ponchos et chantaient quand je suis passé les voir. »

Loin de cette supercellule orageuse, la Corse a elle vue le mercure s’envoler: un record de chaleur pour un mois de juin a été enregistré au Cap Corse, dans le nord de l’île, avec 37,4 degrés, selon Météo-France.

A 20H00, « environ 5.000 foyers étaient privés d’électricité dans des zones très localisées » réparties dans toutes les régions affectées par les orages, selon Enedis